Cameroun : des virements individualisés de la solde pour lutter contre les fonctionnaires fictifs

Le ministère camerounais des Finances

Le gouvernement camerounais vient de signer une convention avec les établissements de crédit relativement à la migration du mode de règlement de la solde et des pensions des agents publics en activité et à la retraite au Cameroun.

A Douala,

La nouvelle formule, qui lie ce département à 16 établissements financiers locaux, sera gérée à travers le Système de télécompensation en Afrique centrale (Systac). Elle ambitionne de mettre un terme au mode de paiement manuel et groupé de la solde, à partir d’une disquette collective qu’on déposait dans une banque, source de manipulations et de fraudes.

Dorénavant, le service de la solde du Ministère des Finances approvisionnera directement le relevé d’identité bancaire du bénéficiaire auprès des institutions financières, appelées à se réajuster et avec lesquelles le gouvernement a signé une convention de collaboration.

Voici peu, le Ministère des Finances indiquait que plus de 10.000 salariés fictifs de la fonction publique ont été repérés et rayés des listes de la solde, dans le cadre de l’opération de comptage physique du personnel de l’Etat (Coppe) lancée en avril 2018.

En effet, depuis la réforme des systèmes de paiement en 2007, la solde des agents publics et les pensions a toujours été virée via le Système de gros montant automatisé (SYGMA) en un montant unique à destination de chacune des banques domiciliataires des RIB des bénéficiaires.

Ce virement unique est accompagné d’une clé de répartition transmise aux banques sur support amovible. Il revient ainsi à ces dernières de répartir le «gros montant» suivant la clé de répartition entre leurs clients agents publics et les micro-finances domiciliataires de la solde et des pensions. Mais cette pratique a quelques inconvénients. Entre autres, l’impossibilité d’assurer une meilleure traçabilité des paiements effectués auprès des institutions financières du fait des virements groupés.

« Si le mode actuel de règlement des salaires via le Système de gros montant automatisé (Sygma) présentait quelques avantages, dont le plus important et non des moindres, est relatif à une certaine économie en temps de travail, celui-ci accusait cependant des limites importantes au rang desquelles l’opacité dans le traitement de la solde, des lenteurs dans le processus de retour de fonds issus des rejets salaires, la difficulté pour le trésor public de détecter des agents à plusieurs matricules et une inefficacité certaine dans le processus de suspension de la solde des agents en situation irrégulière», a expliqué Louis Paul Motaze.

En ce moment, le gouvernement, à travers le ministre des Finances, Louis Paul Motaze, a engagé une lutte contre le phénomène des fonctionnaires fictifs. Une opération engagée notamment avec le recensement physique des agents publics.

Ce toilettage du fichier solde a permis au Trésor de réaliser une économie annuelle de quelque 30 milliards FCfa, pour une masse salariale de 1058 milliards de FCfa en 2019, en hausse de 3,32% par rapport à l’année dernière.