Cameroun : des mineurs toujours détenus, deux mois après les émeutes

De nombreux mineurs de moins de 18 ans ont été arrêtés et incarcérés au cours des émeutes provoquées par la hausse du prix des denrées alimentaires en février dernier, et plus de deux mois plus tard, certains d’entre eux sont encore derrière les barreaux.

« Nous avons actuellement cinq mineurs en détention à la prison centrale », a indiqué Joseph Tsala Amougou, directeur de la prison centrale de Douala. « Aucun d’entre eux n’a encore été jugé ».

Toutefois, les associations de défense des droits humains disent avoir la preuve qu’au moins huit mineurs auraient été appréhendés pendant les émeutes, et seraient toujours incarcérés à la prison centrale.

Pis, Alice Kom, une avocate de Douala, a révélé à IRIN que les huit mineurs avaient été illégalement condamnés par la cour à une peine d’emprisonnement. « Ce que [ces enfants] ont fait n’est pas un délit passible de prison », a-t-elle affirmé.

L’incarcération de mineurs pour écart de conduite a été interdite conformément à un amendement du code pénal camerounais, adopté en 2007, a-t-elle ajouté.

La loi stipule que les enfants de moins de 14 ans ne peuvent être incarcérés qu’en cas de meurtre ; quant aux mineurs âgés de 14 à 18 ans, la loi n’autorise leur incarcération qu’en cas de crime. « Dans tout autre cas, le directeur de la prison ne peut pas autoriser l’incarcération d’un mineur », a déclaré Mme Kom.

En 2005, quelque 800 mineurs ont été incarcérés dans 19 prisons camerounaises et condamnés à une peine d’emprisonnement moyenne de sept ans, selon les recherches menées par l’organisation non-gouvernementale Défense enfants International (DEI).

Adultes et enfants emprisonnés ensemble

À la prison centrale de Douala, les jeunes prisonniers vivent dans des conditions particulièrement déplorables. En effet, selon les registres carcéraux, 3 792 personnes sont actuellement incarcérées dans cet établissement, conçu pour accueillir un maximum de 700 détenus.

En outre, les détenus mineurs ont souvent des contacts avec les détenus adultes, selon M. Amougou, le directeur de la prison. « Il y a un système de séparation, mais il n’est pas très efficace », a-t-il expliqué. « Malheureusement, les mineurs se retrouvent souvent avec des criminels [et notamment] des pédophiles et des violeurs ».

En 2003, le Comité des Nations Unies contre la torture a recommandé que les mineurs détenus dans les prisons du Cameroun soient séparés des adultes, ou que l’Etat construise des prisons spécialement destinées à les accueillir.

Selon le directeur de la prison, le gouvernement n’a pas encore construit d’établissement de ce type. Pour Ze Messomo, un ancien détenu, aujourd’hui membre de l’Association des Chrétiens pour l’abolition de la torture, incarcérer les enfants et les adultes ensemble ne servira qu’à créer une génération de futurs criminels. « [Les enfants] apprendront à faire des choses bien plus graves qu’ils ne savaient en faire avant », a-t-il averti.

Lire aussi:

 Emeutes au Cameroun : les droits des suspects sont violés

Photo: Reinnier Kaze/IRIN/
La prison centrale de Douala où de nombreux mineurs sont incarcérés aux côtés des adultes