Cameroun : de nouvelles diplomées au Centre de Promotion de la Femme de Douala

Le Centre de Promotion de la Femme (CPF) de Douala 1er a changé de décor, jeudi 11 octobre, à l’occasion de la cérémonie de remise des attestations de fin de formation à 52 apprenantes de la Promotion Madame Douala Bell née Tongo Marlyse, marraine de la cérémonie et présidente de l’association Regards des Femmes au Cameroun.

(De notre correspondant)

Créé en 1969 et placé sous le signe des objectifs du Millénaire pour le Développement, le Centre de Promotion de la Femme de Douala 1er contribue quotidiennement à la réalisation de ses missions d’information, de sensibilisation, de mobilisation, d’encadrement, de formation et même d’insertion socio-professionnelle des jeunes filles dont il a la charge conformément à la définition des missions assignées dans la feuille de route du ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille.

C’est dans cette vision positive de promotion de la femme que l’ultime devoir avait été donné à Etoa Mbarga, sous-préfet de Douala 1er, qu’entouraient Angélique Ntouenguene, 4e adjoint au maire de Douala 1er, les déléguées d’arrondissement Edibe Agnès , Berthe Nsoga Song, Marie-Pascale Kenfah, de présider la double cérémonie de remise des attestations de fin de formation et le lancement de la 1ère édition de la Journée Internationale de la Fille dont le thème était : « Mettre fin au mariage des enfants ».

« Seuls le travail et la discipline restent votre arme fatale qui vous accompagnera à une auto-prise en charge et au développement de notre cher et beau pays le Cameroun », a rappelé le Chef de Terre aux apprenantes du CPF de Douala 1er, dirigé de mains de maître par Angèle Mbogbe Mbogbe et assistée d’une dizaine de professeurs tant permanents que vacataires.

« Au niveau du Centre, vos formateurs vous ont transmis des savoir-faire et des savoir-être dont vous aviez besoin pour épanouissement. Pendant un an, vous avez été formées, éduquées, bien encadrées. La mission à vous confiée ce jour est donc dès maintenant d’ordonner et de rentabiliser ces acquis. Désormais, vous contribuerez à la lutte contre la pauvreté, la prostitution, les infections sexuellement transmissibles et le SIDA en entreprenant des activités génératrices de revenu. Jusqu’ici, aucun groupe d’apprenantes du Centre ne s’est encore engagé à bénéficier des fonds PPTE inscrits par le Gouvernement pour faciliter votre insertion socio-professionnelle notamment dans le cadre de auto-emploi malgré les efforts entrepris lors de votre formation dans le montage et la gestion des projets », a
recommandé vivement le sous-préfet de Douala 1er aux lauréates afin de valoriser l’appui de leur tutelle dans le cadre de leur autonomisation.