Cameroun : « Comment comprendre que l’Afrique soit à la fois aussi riche et aussi pauvre ? »

Le Professeur Emmanuel Kamdem, Directeur de l’Université de Douala et co-auteur de l’ouvrage Gérer les ressources humaines en Afrique. Entre processus sociaux et pratiques organisationnelles, a décidé de répondre aux questions d’Afrik.com.

(De notre correspondant)

Le Professeur Emmanuel Kamdem dont le livre Gérer les ressources humaines en Afrique. Entre processus sociaux et pratiques organisationnelles vient de paraître donne une image nouvelle de l’Afrique et de ses entreprises. Entre points forts et points faibles, retour sur les entreprises africaines et leur situation.

Afrik.com : Pr Emmanuel Kamdem, en compagnie du Pr Bassirou Tidjani de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Sénégal), vous venez de publier Gérer les ressources humaines en Afrique. Entre processus sociaux et pratiques organisationnelles. Pourquoi avoir choisi ce thème ?

Emmanuel Kamdem :
Notre ouvrage permet de relancer le débat autour de cette question fondamentale, à savoir que la pauvreté (individuelle ou collective) n’est pas une fatalité en soi ou encore « une malchance » ; mais qu’elle trouve aussi une explication dans la manière dont les ressources, notamment humaines, sont gérées.

Permettez-moi, sans détour, de focaliser mon intervention autour de trois questions centrales sur l’utilité et la pertinence à la fois du management et des ressources humaines en Afrique. Ce sont ces questions, parmi tant d’autres, qui ont interpellé les différents contributeurs de cet ouvrage ; et auxquelles ils ont eu la modeste ambition de proposer des éléments de réponse et des pistes de solution.

La première question découle de ce que plusieurs chercheurs et praticiens du management considèrent, avec raison, comme « le paradoxe africain » : c’est-à-dire le paradoxe de l’abondance et la marginalisation. L’abondance africaine est incontestable et indiscutable dans différents domaines des ressources naturelles, minières, énergétiques, humaines, spirituelles, etc. Le potentiel africain par rapport au reste du monde est donc grand.

Paradoxalement, ce fort potentiel en ressources diverses du continent africain est totalement en contraste d’une part, avec le niveau de performance des entreprises et des économies africaines, et d’autre part avec le niveau ou la qualité du bien-être des populations. Je ne ferai pas mention ici des principaux indicateurs du développement humain, dans le monde et en Afrique ; ces indicateurs traduisent clairement la marginalisation de l’Afrique et la précarisation des conditions de vie des populations.

La deuxième question, qui découle naturellement de la précédente, est donc de savoir comment faire pour assurer un management optimal et davantage bénéfique, pour le continent, de l’abondance des ressources. En me limitant cette fois au cas spécifique des ressources humaines, la question posée est de savoir si leur management doit s’effectuer conformément aux principes ou aux credos universels qui ont fait leur preuve ailleurs dans le monde (notamment en Occident) ; ou s’il faut absolument procéder à une adaptation au contexte spécifique des sociétés et des entreprises africaines.

La troisième question fait référence à l’importance déterminante des pratiques managériales ou entrepreneuriales dans la recherche des solutions aux problèmes de la gestion des ressources humaines en Afrique.
Notre ouvrage prend très clairement position et fait un plaidoyer pour l’adoption des principes universels de management, mais à condition que leur mise en œuvre et leur application soient adaptées à l’environnement africain.

Afrik.com : Qu’est-ce que la Ressource Humaine ?

Emmanuel Kamdem :
Il est globalement reconnu aujourd’hui que la Ressource Humaine est d’abord un ensemble de pratiques professionnelles mobilisées por le recrutement d’un personnel de qualité dans une entreprise.

Afrik.com : Pouvez-vous nous donner la quintessence de votre ouvrage ?

Emmanuel Kamdem :
Cet ouvrage, qui reprend des communications portant sur la GRH (Gestion des ressources humaines) dans les organisations africaines et présentées au congrès de l’Association francophone de GRH tenu à Dakar en 2008, comporte deux parties. La première regroupe sept articles qui placent les processus sociaux (les communautés de salariés, les regroupements informels du personnel dans une organisation) au cœur de la GRH en Afrique. La deuxième partie, sans nier le poids de la dimension culturelle de la GRH, regroupe également sept articles qui traitent eux des pratiques organisationnelles à visée instrumentale ; comment les entreprises africaines organisent le travail et pratiquent la gestion des ressources humaines pour améliorer leur performance.

Vous pouvez commander cet ouvrage en cliquant ici