Cameroun : après Bafoussam, Yaoundé connaît un glissement de terrain

Les pluies diluviennes qui s’abattent ces derniers jours sur le Cameroun continuent de causer des dégâts. Alors que le cas de Bafoussam est encore tout frais et continue de faire réfléchir plus d’un, c’est la capitale, Yaoundé, qui a connu ce jour-même un glissement de terrain.

Le sinistre s’est produit ce lundi 4 novembre 2019, dans le quartier de Ngousso, à Yaoundé. Alors qu’une forte pluie s’abattait sur la ville, il y a eu un glissement de terrain qui a coûté la vie à une femme qui se révèle être enseignante d’allemand au lycée de Soa. Le glissement de terrain a entraîné la chute d’un pan de mur et d’un arbre sur une partie de la maison dans laquelle se trouvait la victime.

Les sapeurs-pompiers ont réussi à extraire le corps des décombres et à l’emmener à la morgue. C’est le seul cas de décès enregistré, en plus des dégâts matériels – la maison de la victime est partiellement détruite – . Il faut observer que ladite maison ainsi que celles avoisinantes sont construites dans un ravin, donc une zone à risque. « Il est vraiment dangereux de construire dans ce genre de zone, car il s’agit d’un gros ravin. Ce genre d’incident est susceptible d’arriver à tout moment. Les gens qui habitent là doivent vraiment penser à déménager, pour éviter d’autres dégâts de ce genre », a confié un voisin à la presse locale.
Les autorités au plus haut niveau du Cameroun sont interpellées pour contrôler le phénomène de l’urbanisation sauvage dont le rôle dans ces catastrophes a nourri les débats depuis le drame de Bafoussam.