Cameroun : «Andolo» de Nsah Mala, un livre qui célèbre les personnes atteintes d’albinisme

Andolo
Andolo

«Andolo» est un livre qui célèbre les personnes atteintes d’albinisme. Produit par le poète Nsah Mala, cet ouvrage est aussi un appel à la lutte contre les stigmatisations et les préjugés dont sont victimes les personnes atteintes par cette maladie qui prive leur peau, leurs cheveux et leurs yeux de mélanine.

C’est un ouvrage destiné aux enfants. Il mélange récit et illustration et met en exergue «Andolo», un personnage adulé et hors du commun en raison de ses prouesses à Mbesa, petit village situé dans la région du Nord-ouest camerounais. La rédaction de ce livre fait suite à l’observation faite par l’écrivain, Nsah Mala, sur «l’hostilité et la discrimination envers les albinos qui varient d’un royaume à l’autre, d’une ethnie à l’autre, d’un pays à l’autre». A travers «Andolo», le poète et écrivain camerounais montre que «les albinos sont nés pour briller». Ils ont un rôle de première ligne à jouer dans la communauté.

AlbinosQue peut-on retenir du personnage principal de cet ouvrage ? «Andolo» est un enfant atteint d’albinisme qui inspire toute sa communauté. Il a la capacité de fabriquer des armoires en bois et en bambou. Un talent naturel qui l’a propulsé au sommet de son village. Suite à ses œuvres teintées de professionnalisme, les photos du jeune «Andolo» ont été affichées sur les panneaux publicitaires de son village. Il était devenu très populaire au point que «des fleuristes, des sculpteurs et d’autres touristes étaient impressionnés par son travail et sa contribution dans le développement de Mbesa».

Publié en français et en anglais, aux Editions Akoma Mba, cet ouvrage emploie «un vocabulaire approprié pour les enfants sans les dénigrer». Une orientation qui conduit à des histoires captivantes grâce à l’illustration faite par Akira Junior. «Les éléments ludiques et l’humour étaient absolument nécessaires pour le rendre plus divertissant que didactique, tant pour les enfants que pour les adultes», a déclaré Nsha Mala.

A lire : Albinisme : la lutte contre la stigmatisation se poursuit