Cameroun : 14è Assises du Presbytérial Adna à Douala

Cameroun, 14e assises de l'Eglise presbytérienne
Cameroun, 14e assises de l'Eglise presbytérienne

La position stratégique et la beauté du lieu de culte de l’Eglise presbytérienne camerounaise, paroisse Sion, située dans le cinquième arrondissement de la ville de Douala, auraient sans doute milité en faveur de son choix, pour accueillir les 14èmes Assises du Presbytérial Adna, du 13 au 17 octobre 2021.

Ces cinq jours de travaux, sorte de retraite spirituelle, ont donné l’occasion à plus de 300 femmes de l’association chrétienne des femmes (ACF), Synodical Babimbi, d’implorer la miséricorde et la grâce de Dieu, pour que le Cameroun demeure un ilot de paix. La présentation des rapports de chaque entité n’était pas en reste. Le thème choisi : «L’amour de Dieu et protection de l’environnement», en dit tout.

Les enseignements, inspirés de la Bible et de la vie quotidienne, ont également été dispensés aux participants, qui ont pris l’engagement d’être de nouvelles personnes promptes à impacter leur environnement, leur église et leur pays.

« Au moment où je quitte la présidence de notre mouvement, après quatre ans de gestion, je ne peux que souhaiter plein succès à la nouvelle équipe dirigeante. Je place notre Presbytérial entre les mains du Seigneur. Qu’il bénisse tous nos projets, au premier rang desquels, la mise en valeur du lopin de terrain acquis à Edéa », a indiqué Madame Rose Basanguén, présidente en fin de mandat de l’Association chrétienne des femmes (ACF), Synodical Babimbi, Presbytérial Adna. Elle a été remplacée par Madame Louise Isombga.

Pour le Rév. Binong Jules Pascal, Aumônier de l’Association chrétienne des femmes (ACF), Synodical Babimbi, Presbytérial Adna, « nous croyons qu’être séparés ne pourra pas nous amener à évoluer dans le bon sens au sein de l’Église. Le Seigneur lui-même nous a recommandé que là où les frères sont unis et demeurent ensemble, c’est là où il a prévu la bénédiction. Raison pour laquelle nous recherchons cette bénédiction au sein de l’Église. « La paix est une chose très précieuse pour tout le monde. Car grâce à elle, nous pouvons parvenir à la prospérité. Je me joins donc aux efforts des Camerounais de tous bords », a-t-il ajouté.

De par son essence presbytérienne, l’EPC n’a pas choisi une forme de gouvernement présidentialiste avec un président à la tête de l’exécutif doté d’une autorité suprême et prépondérante. La vie de l’Eglise, dominée par une gestion participative des Pasteurs et des Anciens d’Eglise et laïcs à tous les niveaux de l’échelle, est régulée par l’instance suprême qu’est l’Assemblée Générale annuelle formée de moitié par les Pasteurs et de moitié par les Anciens. C’est l’institution suprême de l’Eglise qui arrête toutes les décisions importantes au fonctionnement et aux activités de l’EPC dans son ensemble.

A un degré plus bas, il y a les Synodes (assemblées des délégués, Pasteurs et Anciens), des Consistoires Paroissiaux et Régionaux. Puis suivent les consistoires et les presbytéraux (assemblées dirigeantes de Pasteurs et de Laïcs à une échelle moindre que les Synodes), puis à la base de l’échelle se trouvent les Paroisses, territoires sur lesquels s’étend la juridiction spirituelle d’un Pasteur Modérateur (qui peut avoir un Co-Modérateur) et des Anciens d’Eglise. Et la paroisse EPC Sion, il faut le signaler, est dirigée des mains de maître par trois pasteurs : Rév. Ntjaga Zachée Edouard, Rév. Bogmis Bitomol Josué et le Rév. Nzati Paul.

Le prochain Presbytérial Adna des femmes de l’EPC, Synodical Babimbi, se tiendra en 2022, à la paroisse Sinaï à Yaoundé.