Camair-Co, un an déjà…

La Cameroon airlines corporation (Camair), née des cendres de la défunte Camair, a célébré ce mercredi sa première année d’existence. Après un démarrage difficile, cet anniversaire a été célébré avec optimisme.

Le 28 mars 2011, la compagnie aérienne Camair-Co prenait son envol. Elle naissait ainsi des cendres de la défunte Camair qu’une gestion douteuse et corrompue avait menée à la liquidation quelques années plus tôt. Douze mois après le lancement de cette nouvelle compagnie aérienne, baptisée l’étoile du Cameroun, les responsables de la structure déposent le bilan. Au cours d’une conférence de presse, le directeur général délégué de la compagnie, Alex Van Elk, a affirmé que l’entreprise a sensiblement augmenté le nombre de ses destinations, plus de sept en Afrique centrale et de l’ouest (Douala, Yaoundé, Garoua, Maroua, Brazzaville, Libreville, Malabo, Cotonou, Lagos, Abidjan, Dakar) et deux en France (Paris et Lyon).

Camair-Co a dû suspendre la desserte de Bangui pour défaut de rendement. Au cours de cette première année d’exploitation, Camair-co a accueilli près de 110 000 passagers dans ses deux avions Boeing, le 767-300 ER (le Dja) et le 737. Avec 419 employés permanents au départ, l’entreprise en compte désormais 405, contre 61 temporaires en 2011 et 47 cette année. On note aussi une baisse du nombre d’expatriés. Un bilan que la structure doit à l’Etat du Cameroun, seul actionnaire.

L’Etat, unique pourvoyeur de fond

Au cours de cette conférence de presse, le directeur général a demandé une rallonge de 9,5 milliards pour lui permettre de financer l’exploitation en 2012. Dans un même temps, le PCA, le Premier ministre lui-même, a demandé quant à lui 19,5 milliards pour la même cause. En tout, si la demande du PCA et celle d’Alex Van Elk étaient agréées, Camair-co aura englouti en deux ans 59 milliards de francs CFA. Une situation qui a appelé des explications de l’entreprise au ministre des Finances en fin janvier 2012. Une information que démentent les responsables de la compagnie, qui arguent que l’appui financier de 9,5 milliards de Fcfa fait partie des 19,6 milliards que l’Etat apporte à cette compagnie. Crée par le décret 2006/293 du 11 septembre 2006, la Camair co est une société à capital public, ayant pour unique actionnaire l’Etat. Elle est placée sous la tutelle technique du ministère des Transports et sous la tutelle financière du ministère des Finances et commencera à générer des bénéfices qu’à partir de 2014, confie son directeur général.