Ça roule bien à Alger pour Michelin

Après neuf ans d’absence, la société française de pneumatiques Michelin compte revenir très bientôt à Alger pour y reprendre ses activités commerciales et industrielles. L’entreprise souhaite créer 520 emplois pour produire 250 000 pneus annuellement.

C’est confirmé depuis dimanche soir : Michelin a décidé de retourner à Alger pour reprendre ses activités. La société française de pneumatiques a créé  » Michelin Algérie  » le 12 août dernier et dispose d’un siège à Hussein-Dey (banlieue-est d’Alger). Neuf ans plutôt, en 1993, l’entreprise française avait quitté cette ville, où elle avait une usine, à cause de l’insécurité. Durant les années noires (1992-96), les étrangers – notamment les Français – étaient les cibles privilégiées des islamistes. Ce qui a conduit les entreprises à rapatrier ou à cesser leurs activités.  » On assiste depuis quelques mois à un retour en force des entreprises françaises, essentiellement dans les hydrocarbures. Le retour de Michelin est très important pour nous. Cela nous permet de convaincre les sociétés récalcitrantes « , affirme-t-on au ministère de l’Economie.

Bibendum fait de la pub

Michelin Algérie est une société anonyme constituée entre Michelin Middle East, société française au capital social de 37 000 euros basée à Clermont- Ferrand, et les personnes physiques de ce groupe. Le capital de cette société, sise à Alger avec une durée de 99 ans, est fixé à 1 000 000 dinars (12 790 euros), divisé en 1 000 actions de 1 000 DA chacune. La présidence du conseil d’administration est confiée à Pierre Desmarets, qui est également le président de la société Michelin Middle East.

L’entreprise se chargera de l’importation, la production et la commercialisation en Algérie ainsi que de l’exportation de pneumatiques fabriqués localement. Michelin Algérie compte créer 520 emplois pour produire 250 000 pneumatiques pour poids-lourds par an dont 40% destinés au marché local et 60% à l’exportation. Le Conseil national de l’investissement (CNI), la plus haute instance en matière d’investissement en Algérie, avait approuvé, en avril dernier, le projet de réhabilitation par le groupe Michelin de son usine d’Hussein-Dey.

Lire aussi :

L’industrie automobile algérienne tourne en rond

L’euro fait grimper les prix en Algérie.