Burundi : libération provisoire du directeur de la Radio publique africaine

La justice burundaise a ordonné la libération du directeur de la « Radio publique africaine » (RPA), Bob Rugurika, arrêté en janvier dernier.

La justice burundaise a ordonné la libération du directeur de la Radio publique africaine (RPA), Bob Rugurika, arrêté en janvier dernier, contre une caution de 15 millions de francs burundais, soit plus de 8 800 euros, rapporte Anadolu Agency.

« Redorer son image »

« Cette caution n’a rien d’inquiétant car elle lui sera restituée dès lors que son innocence sera prouvée », a précisé un des avocats de Bob Rugurika, Maître Fabien Segatwa,

Bob Rugurika ne peut toutefois voyager en dehors du Burundi jusqu’au procès final, il devra comparaître devant la justice tous les premiers lundi du mois. « La justice burundaise vient de redorer son image en décidant de libérer, quoique sous caution, notre confrère Bob Rugurika », a indiqué le président de l’Union burundaise des journalistes, (UBJ).

« Complicité à l’acte d’assassinat »

Le parquet de la République à Bujumbura avait procédé à l’arrestation du directeur de la RPA le mardi 20 janvier 2015. Il était poursuivi pour « complicité à l’acte d’assassinat », « viol du secret de l’instruction » et « manquement à la solidarité publique ».

La justice lui reprochait la diffusion, il y a près d’un mois, sur les ondes de sa radio, parmi les plus écoutées du Burundi, des informations qui impliquent le général Adolphe Nshimirimana, ex-patron des services burundais de renseignement, dans l’assassinat de trois religieuses italiennes au nord de Bujumbura, les 7 et 8 septembre 2014. Ce témoignage contredisait la version officielle de la police qui avait alors arrêté un déséquilibré, désigné comme le coupable.

« Nous remercions tous ceux qui nous ont exprimé leur soutien, à commencer par nos confrères ainsi que la communauté internationale qui n’a cessé de demander la libération de Bob Rugurika. Nous félicitons aussi les juges qui ont pris leur courage à deux mains pour appliquer la loi et respecter le droit », a indiqué le directeur ad intérim de la RPA, Alain Ntamagendero.