Burundi : critiques contre le nouveau projet de loi sur l’augmentation de la TVA

L’ONG burundaise Parole et Action pour le Réveil des Consciences et l’Evolution des Mentalités (PARCEM) qui lutte contre la vie chère a invité le Parlement à ne pas voter le projet de loi sur l’augmentation de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA), rapporte Afriquinfos. L’Assemblée nationale doit examiner la législation qui prévoit de faire passer la TVA actuellement à 18% à une TVA de 10 à 70% selon les biens y compris les produits de première nécessité pour combler le déficit budgétaire. Mais l’ONG PARCEM prévient qu’une telle mesure aura de grave conséquences sur la population. Selon elle provoquera l’augmentation des prix des marchandises, notamment des denrées de premières nécessités. Pour l’organisation, l’Etat doit seulement taxer les produits de luxe au lieu des marchandises de première nécessité telles que les denrées alimentaires, les vêtements, les médicaments, les engrais chimiques…