Burning Spear l’inoxydable

Burning Spear. Un nom, une musique. L’une des grandes légendes vivantes du reggae nous gratifie cette année d’une trente-sixième production : un live au festival jazz de Montreux 2001. Une flamme et un talent inaltérables. Admiration et respect.

Live at Montreux jazz festival 2001. Trente-sixième album pour Burning Spear ! Qui dit mieux. Certains, peut-être. Mais tout en ayant su garder la même flamme, très peu. Car depuis plus de trente ans, le vieux maître reggae garde miraculeusement le même cap. Loin des écueils sur lesquels se sont malheureusement échoués des groupes tels que Steel Pulse, Jimmy Cliff ou autre Alpha Blondy, il conserve intacte toute l’authenticité sa musique : le reggae.

Il en est l’un des pères, il en est l’un des garants. Il coule dans ses veines, il sort par sa voix. Burning Spear est au reggae ce qu’un Maceo Parker est au funk. Un iron man. Inaltérable dans son talent. Sachant se renouveler sans se répéter, innover sans se trahir. A l’image de  » Youth « , le premier (excellent) titre de son présent live, il est resté jeune dans sa ferveur musicale. Résolument. Profondément.

L’âme du reggae



Apanage des grands, Burning Spear sait extrêmement bien s’entourer. Derrière lui ses musiciens peuvent et savent tout faire. Communier ensemble à l’unisson d’une même vibe avec Burning, passer d’un rythme ska, modèle du genre, à un dub profond de très bonne facture. Certes les morceaux sont parfois un tantinet longuets – de 5 à 9 minutes – mais difficile, il faut le reconnaître, de faire du format radio quand on est sur une scène.

Emblématique d’une lutte et d’un message qu’il ne cesse de prôner, lui, l’apôtre de Marcus Garvey et de l’African root revival (le retour aux racines africaines),  » Slavery days  » est peut-être le meilleur titre de l’album. Puissant, vivifiant, superbe. Pas de nouveau titre puisqu’il s’agit là d’un concert mais on prendra un plaisir certain à écouter les versions 2001 d’anciens morceaux. Et davantage si on ne connaît pas du tout ou très peu l’artiste. Un bon album.

Burning Spear, Live at Montreux Jazz Festival 2001, 2002, Nocturne.

Pour commander l’album.