Burkina Faso : l’Etat islamique revendique l’attaque de Noël

Dans un communiqué rendu public ce vendredi 27 décembre 2019, le groupe Etat islamique a revendiqué la sanglante attaque de Noël, contre un détachement militaire, au cours de laquelle 7 militaires et 35 civiles avaient été tués.

Le groupe Etat islamique est l’auteur de la sanglante attaque perpétrée le jour de Noël, dans le nord du Burkina Faso, précisément à Arbinda, contre un détachement militaire. C’est du moins ce qui ressort d’un communiqué rendu public par le groupe terroriste et parcouru par différents médias internationaux. L’attaque de ce poste militaire avait coûté la vie à 7 militaires et 35 civils dont 31 femmes.

Le groupe Etat islamique n’a toutefois pas revendiqué la mort des civils. L’armée burkinabé avait noté, dans un communiqué publié le jour des faits, qu’elle avait tenu tête aux assaillants qui auraient perdu 80 des leurs. Dans leur retrait, après avoir commis cet acte odieux, les hommes armés s’en seraient pris aux civils et en auraient tué 35 dont 31 femmes. D’ailleurs, pour marquer ce douloureux évènement, le Président Burkinabé avait décrété un deuil national de 48 heures.

Le Burkina Faso, frontalier du Mali et du Niger est le théâtre d’attaques djihadistes régulières depuis le premier trimestre 2015, notamment au Nord et à l’Est, avec plus de 700 morts et des centaines de milliers de déplacés ou réfugiés. Mais ces attaques ont été très rarement revendiquées, même si elles sont toujours attribuées aux groupes djihadistes.