Burkina Faso : deux civils tués dans une attaque (officiel)

Les forces armées du Burkina Faso
L'armée burkinabé

Deux personnes, dont un agent des douanes, ont été tuées, dimanche et mardi, respectivement dans le département de Seytenga et dans la localité de Korizena. Ceci est le bilan des attaques terroristes dans la région du Sahel burkinabè, a annoncé le gouverneur de cette région, le Colonel Major Salfo Kaboré.

Dans le premier communiqué, les autorités burkinabé ont indiqué que l’assistant des douanes Nikiema Ludovic, précédemment en service au bureau des douanes du département de Seytenga, dans la province du Séno, a été assassiné par les terroristes, alors qu’il se déplaçait vers Dori, dans la soirée du dimanche 31 octobre 2021. Avant d’être assassinée, la victime a été enlevée, ajoute le communique.

La montée des attaques terroristes

Dans son deuxième communiqué, le gouverneur a annoncé l’assassinat de Maïga Idrissa, un enseignant, alors qu’il se rendait à Korizena, en date du 2 novembre. Ces assassinats  interviennent après plusieurs attaques terroristes signalées au Burkina Faso. Le 31 octobre, cinq policiers ont péri suite à une attaque contre un poste de police, situé au Nord-ouest du pays, en dépit de l’instauration de l’état d’urgence dans 14 des 45 provinces que compte le pays, de la prolongation du couvre-feu et la mise en place d’autres stratégies pour faire face à ces attaques qui ont causé la mort de 478 militaires burkinabè et plus de 1,4 million de déplacés internes, selon le gouvernement.

Pour rappel, depuis 2015 le Burkina fait face aux attaques terroristes. Ces attaques ont causé la fermeture de 2 244 établissements scolaires affectant 304 564 élèves dans plusieurs régions du pays, à la date du 28 mai 2021. Elles ont également contraint près de 17 500 personnes à quitter le pays, depuis le début de l’année en cours, selon l’ONU.

A lire : Burkina : cinq policiers tués dans une attaque