Burkina Faso : des tirs au camp Sangoulé Lamizana de Ouagadougou

Chaude nuit à Ouagagadougou, où des fusillades ont éclaté au camp Aboubacar Sangoulé Lamizana. Protestant contre la condamnation par le tribunal militaire, mardi 22 mars, à des peines de prison allant de 6 à 15 mois à l’encontre de militaires coupables de bastonnades sur des populations civiles, d’autres militaires du camp Sangoulé Lamizana, qui abrite par ailleurs la prison militaire, auraient, selon les explications d’un haut gradé de l’armée burkinabè rapportées par le fasozine.com, dévalisé une armurerie. Toute la nuit, les militaires en colère ont tiré en l’air pillant des biens privés et publics. Pour l’heure, aucun bilan n’est établi et c’est le silence radio au niveau des autorités politiques, déjà confrontées à une grave crise universitaire et sociale.