Burkina Faso – Côte d’Ivoire : les patriotes de la discorde

burkinaAntiBleGoude1.jpg

Créé début février pour soutenir Blaise Compaoré dans sa mission diplomatique en Côte d’Ivoire, le mouvement « J’aime ma patrie » a arpenté les 11 et 12 février les rues de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso. Il a signifié sa désapprobation quant aux propos jugés « malveillants et irrespectueux » du ministre de la Jeunesse ivoirien Charles Blé Goudé, qui avait déclaré le président burkinabè persona non grata à Abidjan. Pourtant, les patriotes burkinabè ne rencontrent pas l’assentiment de tous leurs compatriotes.

De notre correspondant

Côte d’Ivoire, Burkina Faso… à chacun ses patriotes. Indignés par la rhétorique belliqueuse de Charles Blé Goudé, ministre de la jeunesse de Laurent Gbagbo et chef des Jeunes patriotes ivoiriens, des Burkinabè répliquent. Vendredi et samedi passés, à l’appel de J’aime ma Patrie, une coalition d’organisations de jeunes, environ 2000 personnes soutenues par des chefs coutumiers, religieux et de quelques membres du RHDP, ont exprimé leur ras-le-bol dans les rues de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso, les deux principales villes du Burkina Faso.

«Nous sommes là parce que nous sommes frustrés par le camp de Laurent Gbagbo qui récuse la présence du président du Faso au sein du panel des chefs d’Etats mandatés par l’Union Africaine pour proposer des solutions à la crise ivoirienne. Les pro-Gbagbo pensent que nous sommes à l’origine de leur malheur. Celui qui manque de respect au chef de l’Etat burkinabè a manqué du respect à tous les Burkinabè», a signifié le président du Mouvement J’aime ma Patrie, Bagnomboé Bakiono.

Alors que les partisans de Laurent Gbagbo ont déclaré Blaise Compaoré persona non grata à Abidjan, pour ses patriotes burkinabè, il est inadmissible que le Président Compaoré n’aille pas à accomplir la mission que l’Union Africaine lui a confiée. Du reste, ils exigent pour lui une sécurité totale, lors de son déplacement prochain à Abidjan.

Principale cible des manifestants, Charles Blé Goudé, mis sur le gril des pancartes et des banderoles, tout aussi infamantes les unes que les autres. Morceaux choisis de la critique: « Blé Goudé, ministre sans diplômes, ta dernière demeure c’est La Haye », «Attention, Bête-Goudé »… Les Burkinabè partisans ou supposés tels de Laurent Gbagbo, en ont eu également pour leur compte. Une pancarte leur a été spécialement dédiée en des termes on ne peut plus clairs : « Malheurs aux apatrides qui soutiennent Gbagbo ». Référence à peine voilée à Emile Kima, un Burkinabè de la Côte d’Ivoire qui a pris fait et cause pour Laurent Gbagbo et à Hermane Yaméogo et Nana Tibo, deux opposants à Blaise Compaoré .


Burkina Faso : "J’aime ma patrie" dénonce le camp Gbagbo
envoyé par afriktv. – L’info video en direct.

Pas de l’avis de tous

Pour autant cette marche n’a pas rencontré l’assentiment de tous. « Juste un agissement des affidés de Blaise Compaoré, en quête de quelques subsides », s’emporte Abdoulaye Koné, un professeur. En investissant les rues, les patriotes burkinabè auraient-ils donné plus d’importance aux déclarations de Blé Goudé qu’il ne fallait ? « Blé Goudé est un homme de la rue qui fait des déclarations dans la rue. Cela ne devait pas soulever autant de mouvement et mobiliser des personnes d’un certains âge et d’une certaine classe comme les chefs coutumiers. Je serais content si ces mêmes personnes se mobilisaient de la sorte lors d’une marche contre la vie chère ou contre l’impunité au Faso. Cette marche fortifie le camp Gbagbo qui sait maintenant que même leurs déclarations de la rue mobilisent les chefs coutumiers du Faso », analyse Souleymane Sanogo, un citoyen remonté contre le mouvement.

D’autres par contre, sans s’y opposer, craignent pour les millions de Burkinabè installés en Côte d’Ivoire, qui pourraient subir les représailles du camp Gabagbo. « C’est les jeter en pâture que d’avoir manifesté ici contre le régime Gbagbo. Déjà qu’on s’était tenus tranquilles, nos compatriotes n’avaient pas été épargnés, voilà que nous venons de leur fournir des alibis pour s’adonner à des exactions », commente le vieux Moctar Diallo, un retraité.

A la coalition des Patriotes burkinabè, ces réserves sont balayées du revers de la main. Mieux, ils entendent prendre place dans l’avion présidentiel afin d’escorter leur président jusqu’à Abidjan pour, disent-ils, un face à face civilisé contre les troupes du Général de la rue, Blé Goudé. « A Abidjan, nous dirons à Blé Goudé qu’il fait dans le populisme et qu’il est une honte pour la jeunesse africaine », déclare sentencieusement Alpha Yago, le porte-parole du mouvement.