Burkina Faso : 102 prisonniers s’évadent de prison

Cent deux prisonniers se sont évadés, mercredi 29 septembre, de la maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou au Burkina Faso. Cette évasion étonnante ferait suite à un problème de distribution d’eau dans les bâtiments qui aurait été à l’origine de la mutinerie. Cette situation inconforte les autorités qui restent, à ce jour, très discrètes sur cette affaire.

Par M’ballo Seck

Evasion spectaculaire de 102 détenus à la prison de Ouagadougou. Les prisonniers se seraient rebellés à cause d’un tuyau cassé dans le bâtiment central. En effet dans la journée du mercredi cet incident a entraîné une non distribution d’eau. Une situation qui aurait mis le feu aux poudres et déclenché la mutinerie. Forçant les portes de la prison dans un mouvement de foule, ils ont réussi à prendre la clé des champs. Les autorités restent mobilisés mais très discrètes quant à cette surprenante affaire.

Eviter un bain de sang

Selon la presse, les détenus se seraient révoltés en fin d’après midi pour réclamer de meilleures conditions de vie. Mais selon une note émanant de la Direction de la sécurité pénitentiaire les évènements auraient débutés à 9h05. La mutinerie se serait déroulée en deux phases. Aux premières heures du soulèvement, un jeune âgé de 24ans, incarcéré en 2003 pour « vol et tentative de vol à main armée » a été tué par les forces de l’ordre venue rétablir l’ordre et le calme dans le centre de détention. Cela n’était pas fait pour arranger les choses. La deuxième phase s’est opérée lors du ravitaillement d’eau, à la faveur de l’arrivée d’un camion citerne très tard dans la soirée.

C’est à ce moment où quelque 102 détenus en ont profité pour prendre la poudre d’escampette. Monsieur TRAORE, secrétaire général du cabinet du ministre de la Justice a indiqué qu’ils se seraient enfuis en défonçant la porte principale du bâtiment. Quant aux surveillants ils auraient voulu, face à cette déferlante de mutins, éviter un carnage en essayant de contenir les prisonniers, dans la mesure du possible, sans utiliser leurs armes.

12 détenus repris

Le Ministère de la Justice se montre rassurant et affirme que « toutes les dispositions sont prises pour retrouver les évadés ». Les autorités sur place restent toutefois relativement discrètes sur la situation. Rien ou presque ne filtre, en effet, sur les dessous de cette évasion collective. Le secrétaire général du cabinet du ministre de la Justice nous a confié que toutes les forces étaient mobilisées (gendarmerie, police, l’armée…) pour retrouver les fuyards. Il a indiqué qu’à ce jour une douzaine de prisonniers ont été repris. Monsieur TRAORE se pose encore la question du pourquoi de cette mutinerie. Car selon ses dires : « il y avait bien un problème de distribution d’eau, mais cela était étendu à l’ensemble du quartier et des populations. Il s’agissait donc d’une panne sur l’ensemble du réseau et non seulement dans la prison ».

Il serait également aussi judicieux de se poser la question de comment les personnes incarcérées ont pu s’évader aussi facilement d’une prison sensée être bien surveillée. N’y avait-il pas suffisamment de surveillants ? N’y avait-il pas de renforts ? Les locaux seraient-ils trop vétustes pour qu’on puisse défoncer sans peine la porte principale du bâtiment central ? Autant de questions qu’on ne peut éluder pour tenter de comprendre cette hémorragie de prisonniers.