Bruxelles, Attentats : l’homme originaire d’Algérie arrêté en Italie refuse de répondre au juge

Interrogé en prison, l’Algérien Djamal Eddine Ouali, arrêté samedi près de Salerne, au sud de l’Italie, dans le cadre d’une enquête liée aux réseaux terroristes de Paris et de Bruxelles, a refusé de répondre au juge italien.

L’Algérien Djamal Eddine Ouali, arrêté samedi près de Salerne, au sud de l’Italie, dans le cadre d’une enquête liée aux réseaux terroristes de Paris et de Bruxelles, a été interrogé, ce dimanche 28 mars 2016, en prison mais a refusé de répondre.

L’interrogatoire s’est déroulé à la prison proche de Fuorni où Ouali avait été transféré dès samedi soir. Le prévenu, comme il en avait le droit, a refusé de répondre aux questions. L’audience judiciaire qui doit donner le feu vert à son extradition est, de source judiciaire, prévue le 1er avril. Djamal Eddine Ouali sera extradé, s’est dit le préfet de police de Salerne, Alfredo Anzalone.

A la fin de l’interrogatoire conduit par des magistrats du parquet de Salerne, le juge des enquêtes préliminaires a confirmé l’arrestation de l’Algérien de 40 ans jusqu’à sa prochaine extradition vers la Belgique.
Djamal Eddine Ouali a été arrêté samedi dans la petite ville de Bellizzi, en Campanie, lors d’une opération conjointe du service central antiterroriste et de la division des opérations spéciales (DIGOS), a indiqué le communiqué de la police.

Ilfait l’objet d’un mandat d’arrêt européen émis en Belgique, dans le cadre d’une vaste enquête sur des documents falsifiés utilisés par les kamikazes de Paris et de Bruxelles et leurs complices. Il est soupçonné d’avoir fait partie d’un réseau criminel qui fabriquait de faux documents d’identité et favorisait ainsi l’immigration clandestine.