Brûlés vifs de Nosy Be : la troisième victime est un Comorien

La Grande Île a connu un jeudi macabre. Trois individus avaient été brûlés vifs par une foule en furie. Il s’agissait d’un Français, d’un Franco-italien et d’un supposé Malgache du nom de Zaïdou Salahi. Selon les dernières nouvelles, cette troisième victime n’est pas un Malgache, mais plutôt un Comorien.

Suite aux actes de barbarie survenus sur l’île touristique de Nosy Be, à Madagascar, trois victimes ont été dénombrées dont deux Français. Jusque-là, la troisième victime était présentée comme un Malgache. Mais selon les dernières nouvelles relayées par la presse comorienne, la troisième personne ne est pas un Malgache, mais un jeune Comorien originaire de l’île d’Anjouan, installé à Madagascar. Zaïdou Silahi, âgé d’une trentaine d’années a été lui aussi lynché par la foule et brûlé vif comme les deux autres Français.

Le silence radio des autorités comoriennes

Alors que Paris a ouvert une enquête pour meurtre, à Moroni c’est le silence radio. Aucune déclaration officielle de la part du gouvernement comorien. Pourtant l’information serait bien réelle. Mieux, on apprend que la famille de la victime de Mutsamudu (Anjouan) a bien observé les rituels traditionnels du deuil, vendredi dernier.

Zaïdou Silahi faisait partie des présumés coupables de kidnapping et trafic d’organes, après la disparition d’un enfant de 8 ans. La rumeur courrait que ce trafic était organisé au profit de touristes blancs. D’après le quotidien comorien Al-Watwan, « le corps de l’enfant retrouvé mort sur la plage n’est autre que celui de Mouhamad, le propre neveu de Zaïdou ». D’où la question de savoir comment un homme aurait pu organiser l’assassinat de son propre neveu, pourtant sans problème apparent. Affaire à suivre.