Brouille entre l’Algérie et le Niger après l’expulsion de migrants ?

Le Premier ministre du Niger a annoncé, mercredi au Parlement, l’expulsion de plus de 3 000 migrants nigériens d’Algérie. Une décision qui, selon lui, a été prise sous la contrainte de l’Algérie. Le pays situé en Afrique du Nord donne une toute autre version des faits.

L’expulsion de migrants nigériens d’Algérie fragilise les relations entre le deux pays. Chacun rejette sur l’autre la responsabilité de cette expulsion. Le Premier ministre nigérien et le ministre algérien de l’Intérieur se renvoient la responsabilité à travers des déclarations officielles.

Cette affaire d’expulsion semble complexe pour les deux pays. Pour le Niger, la décision d’expulser les 3 000 migrants d’Algérie, qui sont en majorité des enfants sans revenus et vivant de la mendicité, s’est faite à la demande des autorités algériennes, selon RFI. Des propos démentis, jeudi, par le ministre algérien de l’Intérieur, qui précise que « l’Algérie n’expulse personne de force ».

Depuis la crise en Libye, l’Algérie est confrontée à un afflux massif de migrants. Certaines associations humanitaires remettent en cause la prise en charge des migrants par l’Algérie.