Brésil, Viande contaminée : l’Algérie se barricade

Après la décision de l’Union Européenne, de la Corée du Sud, de la Chine et du Chili qui ont annoncé des mesures temporaires restreignant l’entrée de la viande brésilienne sur leurs marchés, l’Algérie interdit les importations de viande du Brésil.

L’Algérie s’inquiète et prend des mesure, étant l’un des importateurs de la viande brésilienne. Après l’Union Européenne, la Corée du Sud, la Chine et le Chili qui ont annoncé des mesures temporaires restreignant l’entrée de la viande brésilienne sur leurs marchés, l’Algérie emboîte le pas.

A l’origine de ces mesures, une opération d’inspection irrégulière menée le 17 mars dernier aux abattoirs du Brésil. Au total 21 entreprises exportatrices sont soupçonnées de commercialiser de la viande avariée, dont de grosses boites telles que BRF Brésil laquelle est accusée de payer des pots de vin pour éviter la fermeture d’une unité à Mineiros et qui aurait exporté des produits contaminés et JBS. Ainsi que de petits sociétés exerçant dans le domaine du froid telles que Mastercarnes et Peccin, Parana, relèvent les sites algériens qui précisent que cinq de ces 21 entreprises ont été suspendues à titre préventif dont 4 sont empêchées d’exporter vers L’UE et Hong Kong.

Toujours selon les sites algériens, l’enquête, qui est en cours, a donné lieu à 26 arrestations préventives, 11 emprisonnements temporaires, ainsi que 111 recherches de personnes impliquées. « Après l’éclatement du scandale au Brésil, l’Algérie a renforcé les contrôles pour préserver la santé des consommateurs algériens, et les intérêts économique de nos opérateurs », assure, selon TSA, Mme Hadj Amar, directrice des services vétérinaires au ministère de l’Agriculture.

« Des dérogations sanitaires ont été délivrées pour les importations de viandes en cours d’arrivage du Brésil. Ces importations « vont être très contrôlées au kilogramme. Nous avons pris cette mesure lundi 21 mars, suite à une réunion au niveau du ministère », a ajouté Mme Hadj Amar.