Bousculade tragique à Rabat : la police marocaine responsable ?

A l’issue du concert du chanteur Abdelaziz Stati, donné lors du Festival Mawazine, à Rabat, un mouvement de panique a causé la mort de huit personnes et fait une quarantaine de blessés. Certains observateurs critiquent l’inefficacité de la police marocaine lors du spectacle. Pour l’heure, les circonstances de ce drame restent inexplicables.

Le drame s’est produit dans la nuit de samedi à dimanche, à Rabat, la capitale marocaine. Onze personnes – dont deux enfants – sont mortes dans une bousculade survenue à la fin d’un concert au stade Hay Nahda. Une quarantaine d’autres ont été blessées.

La police marocaine pointée du doigt

Un blessé, joint par une radio espagnole, a affirmé qu’il n’y avait pas assez de policiers par rapport au nombre de spectateurs et que seule une sortie était ouverte au lieu de deux habituellement. Le ministère de l’Intérieur a annoncé l’ouverture d’une enquête pour déterminer les causes et circonstances de la bousculade tragique. Hassan Amrani, le wali de la région de Rabat, a pour sa part déclaré que cet accident n’était pas dû à une défaillance au niveau de la sécurité. Quelque 500 agents des compagnies mobiles d’intervention, 5 unités de Forces auxiliaires, 300 agents de police, 60 agents de protection civile ont été mobilisés tout au long de la période du festival, a précisé, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue dimanche, Adil Ghazouli, le commandant régional de la Protection civile.

« La plupart des blessés sont jeunes »

Soixante dix mille spectateurs étaient venus assister au spectacle du chanteur marocain, Abdelaziz Stati, dans le cadre du Festival Mawazine. A la fin du concert, peu après minuit, un groupe d’individus a enjambé un grillage métallique, qui est tombé sous leur poids, provoquant la panique des spectateurs. Suite à cette bousculade, cinq femmes, quatre hommes et deux enfants sont morts asphyxiés. Les services de sécurité ont procédé à l’évacuation des victimes et à l’acheminement des blessés vers l’hôpital Ibn Sina de Rabat, le plus important de la ville. « La plupart des blessés sont jeunes », a déclaré, à l’AFP, le Dr Abdelatif Benchekroun, le chef du service des urgences.

Abdelaziz Stati ainsi qu’Aziz Seghrouchni, le président délégué de l’association « Maroc cultures », organisatrice du Festival Mawazine, ont présenté leurs condoléances aux familles des victimes. Selon l’organisation, c’est la première fois qu’un tel drame se produit. Néanmoins, cet accident devrait ternir l’image du festival déjà critiqué par une partie de la population marocaine qui souhaite que ce budget soit utilisé pour la création d’emplois.