“Booming System”, le come-back de Lord Kossity

Lord Kossity n’est plus à présenter. Le lauréat 2002 des Victoires de la Musique dans la catégorie Reggae/Ragga/Dancehall, grâce à son album The Real Don, revient sur le devant de la scène après quelques années d’absence. Booming System est enfin dans les bacs, et devrait répondre aux attentes des nombreux fans de l’artiste martiniquais. Un album de très bonne facture, avec des productions qui font mouche, des collaborations prestigieuses et un réel travail de promotion. Voici les ingrédients dont le Lord a bien voulu nous faire part. Chaleur estivale garantie.

Booming System, ainsi se nomme le 9e album de Lord Kossity. Originaire des Antilles, il a commencé sa carrière musicale en Martinique, en faisant de nombreux sound-systems ; parcours classique de tout artiste ragga. Grâce à sa voix inimitable, et à ses nombreuses apparitions, il est devenu l’une des figures incontournables de la scène musicale française. En 2002, la profession le récompense aux Victoires de la Musique, dans sa catégorie de prédilection, preuve, si besoin en est, de son succès. Avec Booming System, ce fou de moto passe la vitesse supérieure et trace sa route musicale entre la France, le Canada et la Jamaïque, se jouant des barrières et refusant le conformisme. Kossity est de retour, plus serein que jamais, toujours accompagné de sa garde rapprochée du « Make It Happen ». L’interview se réalise non loin du Panthéon, à Paris, au siège de sa nouvelle maison de disque. Cramponnez-vous, Lord Kossity vous entraîne dans sa vibe.

Afrik.com : Votre nouvel album s’intitule Booming System, que doit-on comprendre par ce terme ?

Lord Kossity :
C’est avant tout un clin d’œil à la période « Ma Benz ». Période durant laquelle je travaillais avec Joey Starr et Kool Shen (membres du groupe de rap NTM, ndlr). Pendant longtemps, les gens ont cru que c’était Joey Starr qui signait le refrain, mais écoutez bien, c’est moi qui crie « Booming System »…Booming System, c’est surtout un son lourd, qui fait exploser les boomers, un son dur, avec des productions qui n’ont rien à envier aux Américains. Dans l’ensemble c’est un état d’esprit qui se veut positif.

Afrik.com : Vous avez été absent des bacs durant quelques années, quelle différence fondamentale faites-vous entre ce projet et les précédents ?

Lord Kossity :
J’ai sorti pas mal d’albums, et pour moi chaque sortie marque une continuité. Il n’y a pas de rupture entre le Lord Kossity de l’époque et celui d’aujourd’hui. Ce que je suis aujourd’hui, est le fruit de mes nombreuses années d’expériences dans l’industrie musicale. Je dirais que cet album marque une évolution dans ma carrière, le passage d’un stade. Booming System est un album éclectique avant d’être un album de dancehall. On a essayé de le rendre écoutable par le plus grand nombre de personnes. Les gens doivent kiffer (aimer, ndlr), parce qu’on s’est vraiment pris la tête, aussi bien dans les productions, que dans les collaborations ou dans les thèmes développés. Niveau qualité, j’ai vraiment le sentiment de mettre la barre un peu plus haut. Musicalement parlant, c’est un album qui innove pas mal et mélange différents genres musicaux.

Afrik.com : Que répondez-vous à ceux qui trouvent que votre album n’est pas assez dancehall ?

Lord Kossity :
Je leur répondrais que j’en suis à mon 9ème album, que je pense avoir exploré pas mal l’univers dancehall et que je n’ai pas pour habitude de me répéter au travers de mes disques. Certes, je suis issu de la scène ragga, mais je me sens à l’aise sur tous types de musiques. Je suis un artiste ouvert, qui travaille au gré de ses envies, voire au feeling. Je me soucis très peu du regard des autres. Je fais ce que j’aime et j’attends le verdict du public. Je considère ne pas avoir de problème au niveau de la crédibilité. J’aimerais que les gens comprennent qu’il n’y a pas qu’un seul Lord Kossity, mais des milliers qui sommeillent en moi. Déjà que les portes ne s’ouvrent pas facilement, on ne va pas se mettre à l’écart à cause du « qu’en dira-t-on ».

Afrik.com : Justement, niveau collaborations, vous ne vous êtes pas privé, vous avez fait appel à la crème des artistes dancehall, aussi bien du côté jamaïcain, américain que français. Parlez-nous un peu de ces featuring…

Lord Kossity :
Mon album a été enregistré entre la France, le Canada et la Jamaïque. On retrouve donc des artistes de la scène ragga internationale comme Shaggy, Elephant Man, Vibz Kartel, pour la Jamaïque, ou encore Junior Lee, un Dominicain, mais aussi des stars de la scène française comme Daddy Mory, l’ancien membre du groupe Raggasonic, et Krys, une étoile montante que tout le monde connaît aujourd’hui. Preuve de mon ouverture musicale, j’ai convié le Canadien Jonas (du groupe Zone Rouge) pour qu’il apporte une énergie rock à mon opus. Sinon, on retrouve également les Dax Riders sur un morceau. Ils sont plus habitués aux productions électro, mais ils ont su me concocter un son mi ragga, mi miami bass. Le tracklisting de mon nouvel album permet également à de jeunes producteurs de s’illustrer. C’est le cas d’un jeune Martiniquais qui se nomme MF, ou encore de Quentin Bachelet. On a fait un travail de professionnels, les collaborations se sont faites avec sincérité, sans artifice. J’ai vraiment tenu à ce que mon produit soit différent de ce qu’on a l’habitude d’entendre.

Afrik.com : Au niveau des thèmes cela reste toutefois habituel, c’est-à-dire qu’il est souvent question de femmes, de fêtes…Est-ce votre univers ?

Lord Kossity :
Mes thèmes sont festifs la plupart du temps, parce que le rythme s’y prête. Mon album porte sur les rapports entre les hommes et les femmes, de relations humaines…

Afrik.com : Un des morceaux de l’album parle des « Enfants d’immigrés ». Pensez-vous être crédible quand vous abordez ce genre de sujet ?

Lord Kossity :
Les gens connaissent assez mal mon boulot, du moins tout ce que j’ai eu à faire de par le passé. A vrai dire, je suis quelqu’un qui a toujours pris position. Certes à ma façon, mais j’ai toujours eu à pousser des coups de gueule. Je n’aime pas trop qu’on me prenne pour quelqu’un qui ne sait ou qui ne fait que parler de choses légères. Car s’il est vrai que les gens m’apprécient beaucoup sur ce créneau, il n’empêche que j’ai beaucoup d’autres choses à dire ou de sujets qui me tiennent à cœur.

Afrik.com : Qu’attendez-vous de cet opus et comment espérez-vous que le public va réagir ?

Lord Kossity :
J’ai pris énormément de risques, sans me soucier forcément des conséquences. A travers cet album, j’aimerais vraiment que le public découvre ma vraie personnalité, mon univers. C’est également l’occasion pour moi de remettre quelques pendules à l’heure, de faire comprendre que le ragga n’est pas une musique facile, donc que tout le monde n’est pas en mesure d’en faire. D’un autre côté, ce nouveau projet va me permettre de refaire parler de moi, après mes quelques années d’absences. Je suis dans une nouvelle maison de disques et j’ai de nouveaux objectifs. Il est naturel que je me donne à fond pour les mener à bien.

 Lord Kossity, Booming System, ULM, 2005

 Commander le disque