Bonne année d’Afrik

Deux ans que notre rédaction tente, avec ses modestes moyens, de vous tenir quotidiennement informés de la riche actualité africaine. Exister encore, dans un climat boursier hostile aux nouvelles technologies, est un défi. Défi car il est hors de question pour nous de baisser les bras devant une logique de marché qui a perdu la raison. Défi car nous voulons faire exister, à notre niveau, un continent oublié du Net. Et du monde. Avec pour devise éditoriale : parler des trains qui arrivent en retard mais aussi – et surtout – de ceux qui arrivent à l’heure.

Nous sommes intransigeants sur notre indépendance éditoriale. Nous continuerons à donner la parole aux Africains, à tous les Africains, et aux amis du Continent. Nous demeurerons professionnels mais, au risque de choquer, l’objectivité n’est pas notre but. Il est clair que nous aspirons à une Afrique démocratique et respectueuse des droits de l’Homme.

Merci à nos lecteurs d’être toujours plus nombreux. Aujourd’hui, nous sommes à un million et demi de pages vues (lues) par mois. Nous n’avons pas de chiffres exacts de personnes qui viennent nous rendre visite quotidiennement. En langage  » marketing « , il y a près de 8 000 ordinateurs différents qui se connectent tous les jours à notre site. Merci encore de votre confiance. Vos messages sur le forum nous réconfortent dans notre combat pour une Afrique digne, une Afrique qui veut combler son retard dans les sciences et les technologies. Parce que la Toile est avant tout un formidable moyen de développement et de technologie, il est indispensable que nous, Africains et amis de l’Afrique, y soyons présents. L’Afrique ne peut se permettre de rater la locomotive Internet. C’est notre profonde conviction.