Bongo – Mba Obame : l’opposition gabonaise appelle au dialogue politique

Les Forces du changement (le groupe parlementaire de l’opposition), représentées par Jean Eyéghé Ndong, Zacharie Myboto, et Daniel Kombé Lékambo et le président du Parti Social Démocrate (PSD), Pierre Claver Mamganga Moussavou, ont invité mardi le président de la république, Ali Bongo Ondimba, à privilégier le dialogue dans l’affaire André Mba Obame. Ce dernier lequel est exposé aux poursuites judiciaire depuis la levée de son immunité parlementaire.

De notre correspondant

Un groupe d’élus du peuples des partis de l’opposition, craignant que la machine judiciaire s’abatte sur le député André Mba Obame dont l’immunité parlementaire a été levée il y a quelques jours, a appelé le 10 mai à Libreville, le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, à privilégier le dialogue politique dans le règlement de l’Affaire Mba Obame. Ce dernier s’est autoproclamé président de la république le 25 janvier 2011, devant ses militants, au siège de l’ex-Union Nationale.

Selon Jean Eyéghé Ndong, député du 2e arrondissement de Libreville, l’acte posé par André Mba Obame le 25 janvier dernier n’obéit à aucune légalité car, ce dernier n’a pas prêté serment devant les institutions de la République comme le prévoit la loi, mais devant ses invités et supporters. Il est donc plus sage, selon lui, de faire table rase et ne pas accorder trop d’importance à cet événement, en vue de conserver la paix sociale et la stabilité du pays.

Mba Obame évitera-t-il la case tribunal

Le président du groupe des forces du changement, Zacharie Myboto a pour sa part déclaré que la prestation de serment d’André Mba Obame est un acte politique et doit par conséquent trouver une solution politique et non judiciaire. Le président du PSD et député de Mouila, Pierre Claver Maganga Moussavou, a abondé dans ce sens en souhaitant que le président de la république trouve une solution politique à l’affaire Mba Obame. Conduire ce dernier devant les tribunaux serait, selon lui, contre-productif pour le pouvoir en place. En tout cas, le député de Mouila a dit compter sur la sagesse d’Ali Bongo Ondimba, afin que cette affaire trouve une issue heureuse.

Pour le moment, personne sur place ne sait la suite que donnera le gouvernement à cette affaire. Mais il est fort probable que M. Mba Obame soit traîné dans les tout prochains jours devant les tribunaux, à moins que la communauté internationale, notamment l’Onu, ne s’implique davantage dans la résolution de cette affaire.

La semaine dernière, André Mba Obame a refusé de se rendre à l’Assemblée nationale où était débattue la question de la levée de son immunité parlementaire. Il disait que les autorités de Libreville cherchaient à l’éliminer physiquement, après avoir tenté plusieurs fois son élimination politique.