Bolloré Africa Logistics dément catégoriquement avoir été condamné pour pollution et dément être à l’origine d’une quelconque pollution du fleuve Wouri.

Suite à notre article Cameroun : le gouvernement sanctionne les industries polluantes, Bolloré Africa Logistics Cameroun dément toute condamnation et toute pollution du fleuve Wouri. Voici leur communiqué.

Dans sa dépêche datée du 18 avril 2012 à 21h42, l’AFP (Agence France Presse) affirme que « Bolloré Africa Logistics, filiale du groupe Bolloré, et Navire MV Swift-Split Panama ont été condamnés conjointement à 25 millions d’amendes pour pollution des eaux du fleuve Wouri, qui coule à Douala et pour déversement d’hydrocarbures ».

Bolloré Africa Logistics dément toute condamnation et toute pollution du fleuve Wouri. Les informations présentées par l’AFP sont inexactes.

C’est pourquoi il nous paraît important de faire les précisions suivantes :

 Le Ministère de l’Environnement et de la Protection de la Nature dans le cadre de l’affaire de la pollution des eaux du fleuve Wouri par déversement des hydrocarbures avait adressé deux correspondances au capitaine du navire MV Swift-Split Panama en 2011. Il s’agissait des courriers du 17 février 2011 N° 00571/L/MINEP/SG/DNC/BIE/USCEA1 et une relance en date du 13 mai 2011 portant le N°01378/MINEP/SG/DNC/SDRE/SSR. Socopao (filiale de Bolloré Africa Logistics) a été ampliataire de ces correspondances en sa qualité de consignataire du navire au Port de Douala.

 L’amende d’un montant de 25 millions est imposée au navire et non à Socopao (filiale de Bolloré Africa Logistics). Elle a été infligée à l’armateur hongrois conformément aux dispositions du Code communautaire de la Marine marchande de la CEMAC en matière de pollution (Articles 2, 293, 441). Selon les dispositions de ce Code, seul le navire endosse la responsabilité et non le consignataire en cas de pollution.

 Par ailleurs, il ne s’agit nullement d’une condamnation comme l’écrit l’AFP mais plutôt d’une amende.

Bolloré Africa Logistics tient à cet effet à rappeler qu’il met en œuvre
sur l’ensemble de ses activités, une politique de développement durable. Le respect des dispositions environnementales est donc une priorité pour l’ensemble de ses équipes.

Christophe PUJALTE,
Directeur Général Bolloré Africa Logistics Cameroun