Boko Haram a fait fuir 1,4 million d’enfants, selon l’UNICEF

Près d’1,4 million d’enfants ont été forcés de se déplacer pour fuir les attaques de Boko Haram dans toute la région du lac Tchad, principalement au Nigeria. L’annonce a été faite par le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), ce vendredi.

Ces cinq derniers mois, ils sont 500 000 enfants à avoir été obligés de fuir les atrocités commises par la secte islamiste Boko Haram, selon des chiffres publiés, ce vendredi 18 septembre 2015, par l’UNICEF. Au total, 1,4 million de personnes ont fui l’avancée des rebelles à partir de 2009, notamment au Nigeria et au nord du Cameroun, avant qu’une coalition régionale mise en place l’année dernière parvienne à les faire reculer.

Plus de la moitié des enfants réfugiés ont moins de cinq ans. Au Nigeria, le pays le plus touché, ils sont 1,2 million à avoir fui. Au Cameroun, au Tchad et au Niger, ils sont 265 000 enfants à avoir été touchés. « Il est inquiétant de voir que l’on continue de tuer, d’enlever et d’utiliser des femmes et des enfants comme porteurs de bombes », a indiqué le directeur général de l’UNICEF pour l’Afrique Centrale et de l’Ouest, Manuel Fontaine.

Depuis 2009, au moins 15 000 personnes sont mortes

L’UNICEF a annoncé avoir augmenté ses capacités d’action dans la région du lac Tchad. Des campagnes de vaccination ont été lancées, près de 65 000 enfants de moins de cinq ans ont été soignés pour des cas graves de malnutrition. L’organisation onusienne a indiqué ne pas avoir reçu suffisamment d’argent pour mener à bien toutes ses activités.

Au moins 15 000 personnes sont mortes depuis 2009, dont près de 1 100 dans des attentats-suicides et autres assauts depuis l’arrivée du nouveau président nigérian Muhammadu Buhari, fin mai. L’Organisation internationale pour les Migrations (OIM) a revu à la hausse son estimation sur le nombre de déplacés à cause de Boko Haram. Ils seraient 2,1 millions de réfugiés, selon l’organisation.