Bob Marley exhumé en Jamaïque pour être enterré en Ethiopie

Bob Marley, la figure emblématique du reggae, va être exhumé de sa sépulture en Jamaïque, pour être enterré en Ethiopie. Rita Marley, la femme du défunt, a annoncé mercredi son intention d’organiser de nouvelles funérailles, afin d’enterrer son mari à Shashemene, localité située non loin d`Addis-Abeba. Ce transfert hors du commun devrait avoir lieu en février prochain après le 60e anniversaire de naissance de l’artiste.

Bob Marley enterré en Ethiopie ! En effet, la très controversée, Rita Marley a l’intention d’exhumer la dépouille du père du reggae de son tombeau en Jamaïque, en vue de la transférer en Ethiopie. La date exacte n’est pas encore connue, mais l’évènement devrait se dérouler après le 60e anniversaire de naissance de la star jamaïcaine. Une initiative qui est loin de faire l’unanimité. Certains s’interrogent sur l’intérêt de la manœuvre visant à offrir au « Duppy conqueror » de nouvelles funérailles, mais aussi sur les conséquences d’une telle démarche.

Le corps de la superstar du reggae, Bob Marley, quittera Kingston pour Shashemene, située à 150 km au sud d’Addis-Abeba, a annoncé Rita Marley. Ancienne choriste des « Wailers », le groupe de son défunt mari, Mme Marley s’occupe aujourd’hui de la fondation qu’elle a consacré à son époux, mais également des intérêts familiaux (image, droits d’auteurs, …). Pour les rastafaris, les adeptes du mouvement rasta, l’Ethiopie est considérée comme une terre promise. Selon Hélène Lee, journaliste, auteur du Premier rasta et de Voir Trench town et mourir (éditions Flammarion), « le retour à l’Afrique est un rêve qu’une tendance du mouvement a prôné. En Jamaïque, les descendants d’esclaves en rêvent d’autant plus de qu’ils ne peuvent pas y aller (faute de moyens, ndlr) ».

Pourquoi l’Ethiopie ?

Bob Marley, né le 06 Février 1945 à St-Ann, dans la paroisse de Nine Miles (Jamaïque), est décédé le 11 Mai 1981 à Miami (Floride), alors qu’il n’avait que trente-six ans. Fils de Norval Marley, un capitaine blanc et de Cedella Malcolm, le jeune Robert découvre, la difficulté d’être issu d’un couple mixte, mais surtout la misère affligeante de Kingston. Bob Marley, c’est une musique (le reggae), mais également une philosophie (le rastafarisme) qui prône la liberté, l’unité avec la nature, la tolérance et le partage.

Le couronnement de Ras Tafari Makonnen (plus connu sous le nom de Haile Sélassié 1er, Jah, l’Almighty Dieu des rastafaris) comme Empereur d’Ethiopie a réalisé la prophétie de Marcus Garvey, qui rêvait de voir, un jour, en Afrique, un Noir libérer les siens. Depuis lors, l’Ethiopie incarne, pour beaucoup, un havre de paix et de liberté, contrairement à « Babylone » qui incarne la société moderne, cette institution diabolique, pervertie et corrompue.

Sincérité ou « coups marketing »

Pour Rita Marley, « la vie de Bob était dévouée à l’Afrique, pas à la Jamaïque ». Et de poursuivre : « Comment peut-on imaginer abandonner tout un continent pour une île ? Il (Bob Marley, ndlr) a le droit de voir sa dépouille enterrée là où il aurait vraiment voulu qu’elle le soit ». Ils sont nombreux à penser que si tel était le cas, pourquoi ne l’avait-il pas demandé de son vivant ?

Les commémorations du 60e anniversaire de la naissance du reggaeman jamaïcain, célébrées en Ethiopie, promettent d’être fastueuses. La fondation Marley devrait récolter des fonds pour venir en aide aux nécessiteux. Il est prévu qu’une partie des recettes soit versée aux victimes du Tsunami en Somalie. Un concert de soutien du 6 février se tiendra au Maskal Square, à Addis-Abeba, et devrait réunir Cedella Marley Booker, Rita Marley, Ziggy Marley, Stephen Marley, Julian Marley, Damian Marley, Kymani Marley, the I-Three, Harry Belafonte, Youssou N’dour, Angeline Kidjo, Baaba Maal, Dean Frazier. Mais beaucoup n’y voient là qu’un simple coup marketing en prévision de la venue posthume de la star pour un dernier voyage…