Blogs éthiopiens

Depuis les élections contestées et sanglantes de mai 2005, les Ethiopiens ont pris d’assaut la blogosphère africaine. De nombreux blogs de contestation sont nés dernièrement et offrent un pendant à l’information officielle. Contre l’intox et pour le débat d’idées, ils sont dynamiques et variés.

Jusqu’ici, en Afrique sub-saharienne, c’est l’Afrique du Sud qui tenait le haut du pavé en matière de blogs. Mais le vent du changement souffle depuis quelques mois sur la blogosphère du continent. Un vent d’Est précisément. En effet, depuis les élections très contestées de mai 2005, on a vu fleurir sur la Toile quantité de blogs éthiopiens qui se sont fait l’écho des événements de leur pays. Comme en Egypte, les blogs made in Ethiopia (tous en anglais) sont devenus de vraies sources d’informations. Journalistes ou simples citoyens, tous ont réagi, dans leurs posts, aux manifestations qui ont eu lieu à Addis Abeba après les élections et à leur féroce répression par le pouvoir. Ainsi qu’aux nombreuses arrestations qui ont suivi…

Cette ébullition politique est venue grossir le rang des bloggers. Parmi eux, l’un des pionniers les plus connus est Ethiopundit, suivi de Weichegud ! ET Politics et Meskel Square, le blog du journaliste Andrew Heavens. Des blogs qui sont largement cités sur des sites qui donnent, eux aussi, une information souvent éloignée des discours officiels, comme le site basé aux Etats-Unis Ethio Media, « une source alternative de news et de points de vue sur l’Ethiopie », Ethio Lion ou encore Ethioindex News.

« Bienvenue en blogtopie »

De nombreux bloggers se montrent mordants envers le pouvoir, comme Tsegasaurus de Satisfy my soul [ego] qui critique « le ridicule du gouvernement ». Cet internaute au verbe haut accueille ses lecteurs par un « Bienvenue en blogtopie, une mini-version de mon Ethiopie, un endroit sans discrimination » et s’excuse pour ses nombreux silences. Il explique qu’il « change de lieu comme le Premier ministre Meles change sa définition de la démocratie », c’est-à-dire souvent ! Dr. Y. Gondemo met en Une de Ethiopian politics, alias “THE SHINKURT”, une photo de ce même Premier ministre avec ce titre : « Dictateur du mois ! », repris sur un autre site.

Autres blogs à consulter : Ethiopian News and Views, Nazret, Ethiopian paradox, Friends of Ethiopia, le blog, tout vêtu de rose, d’une jeune femme basée à New-York et qui « n’aime pas les guerres ». Redeem Ethiopia, qui analyse notamment les opportunités et les dangers de la prospection de pétrole dans le pays. Carpe Diem Ethiopia décrit l’atmosphère délétère qui règne dans la capitale et le « malaise » qu’on y sent. Ou encore EthiopiaOnMyMind sur lequel l’auteur « partage certaines pensées sur l’Ethiopie, son peuple et sa politique », Ethiopia Watch, EthioExodus, Enset ou One Ethiopia.

« Chronique déplaisante d’une dictature ordinaire »

L’un des blogs les plus virulents à l’égard du régime est celui d’une expatriée française, Une Ferengi à Addis « le blog d’une expat ou la chronique déplaisante d’une dictature ordinaire »… « Mes prises de position m’ont déjà valu quelques menaces officieuses, honteusement transmises par une ambassade que je ne nommerai pas… pour l’instant. Alors, n’hésitez pas à recommander, commenter et lier vers ce blog », écrit-elle en préambule. La bloggeuse a même mis une pétition en ligne. « L’Ethiopie se débat toujours dans une tourmente post-électorale et l’EPRDF[[<*>Front révolutionnaire et démocratique du peuple éthiopien.]], parti au pouvoir, a annoncé sa victoire aux élections de mai 2005, victoire acquise par l’intimidation, le meurtre et la fraude. Vous trouverez ici un rappel des événements, quelques infos sur la situation des droits de l’Homme, la répression, la violence d’Etat, les assassinats de Mercato et les exactions d’un régime soutenu, dans l’indifférence générale, par les pays riches qui, malgré quelques vertueuses indignations de façade, préfèrent la stabilité politique à une démocratie bouillonnante. »

Sur sa page du mardi 6 janvier, elle met en ligne un reportage photos, fait avec son téléphone portable, sur une manifestation de lycéens, elle aussi réprimée. « J’ai personnellement observé l’arrestation de très jeunes gens, chargés dans des pick-ups au lycée Wyngate hier vers 16h30. Les filles pleuraient, des parents angoissés guettaient anxieusement les portes. »

Ethiopie intime

Deux autres blogs d’expatriés sont à noter : celui de Margot, Journaling Ethiopia, une Américaine qui habite Addis et raconte son adaptation aux coutumes locales. Ou Addis Ababa Rocking Fun Zone de Kenneth D., un Américain qui travaille en Ethiopie, est marié à une Ethiopienne et vient d’avoir une petite fille. A noter une curiosité : [Café Abisinia->
, un blog en espagnol d’Alfonso Zaldívar, entièrement dédié à l’Ethiopie.

Pour des contenus moins politiques, Travels in Ethiopia « distille des informations sur le voyage et le tourisme en Ethiopie » et Tezeta.org archive « des articles couvrant des thèmes historiques, culturels et religieux ». Enfin, dernier clic sur un blog très riche : EthiopiaLives.net, pour en finir avec les clichés de guerre et de famine qui collent à la peau des Ethiopiens. L’ONG Cafod a équipé 19 Ethiopiens, de la capitale mais aussi de province (Yabello dans région de Borana et Mekelle dans la région de Tigrai), de caméras et ceux-ci ont filmé leurs vies… qui sont loin d’être anormales ou désespérées. Le projet a été lancé l’été dernier mais il vaut le coup d’œil pour entrer dans l’intimité des Ethiopiens.

Réagir à cet article