Blé Goudé appelle au départ de la force Licorne de Côte d’Ivoire

Charles Blé Goudé, leader de l’Alliance des jeunes patriotes (pro-Gbagbo), a appelé au départ de la force française d’interposition Licorne, stationnée en Côte d’Ivoire depuis le déclenchement de la guerre, suite à la signature le 4 mars dernier à Ouagadougou au Burkina Faso d’un accord de paix entre le pouvoir et les Forces nouvelles (FN, ex-rebellion).

« Maintenant que les belligérants affichent une réelle volonté d’aller à la paix, l’opération Licorne n’a plus de raison d’être en Côte d’Ivoire. A moins qu’elle n’ait d’autres intentions », déclaré M. Blé Goudé, le leader de l’Alliance des jeunes patriotes.

Il s’est félicité de la demande formulée par les signataires, en faveur de la « levée immédiate » des sanctions onusiennes qui le frappent, ainsi que son camarade Eugène Djué et le commandant Fofié de l’ex-rébellion des Forces nouvelles.

M. Blé Goudé, surnommé « ministre de la rue » par ses partisans, a lancé, le 20 janvier dernier, une caravane de la paix, dénommée « Prends ma main mon frère, prends ma main ma sœur », dans plusieurs régions du pays. Il affirme s’être impliqué de « manière irréversible » dans le processus de paix en Côte d’Ivoire.

On rappelle qu’il a conduit, par le passé, de nombreuses manifestations de rue contre les soldats français de la force Licorne, dont celle qui s’est déroulée, en novembre 2004, devant l’hôtel Ivoire à Abidjan, où les militaires français avaient ouvert le feu, faisant plusieurs dizaines de morts dans la foule.

La force française Licorne, forte de près de 4.000 soldats, s’est interposée, dés les premiers jours qui ont suivi le déclenchement de la tentative de coup d’Etat du 19 septembre 2002, entre les soldats loyalistes et les rebelles des Forces nouvelles.

Depuis, Licorne, qui s’est retrouvée sous mandat onusien, a veillé au respect du cessez-le-feu avant de constituer une force d’appoint à l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (ONUCI), forte 7.800 hommes chargés, pour l’essentiel, de la surveillance de la zone de confiance.