Blaise Compaoré annoncé au Burkina Faso

L'ex-Président du Faso, Blaise Compaoré
L'ex-Président du Burkina Faso, Blaise Compaoré

L’ex-Président du Burkina Faso, Blaise Compaoré, est attendu à Ouagadougou, dans la semaine. En exil en Côte d’Ivoire depuis sa chute en 2014, le septuagénaire doit rencontrer la junte militaire au pouvoir, dans le cadre du processus de réconciliation nationale.

Blaise Compaoré, ancien chef de l’Etat du Burkina Faso, est attendu dans son pays «en fin de semaine». C’est ce qu’a révélé à l’AFP une source proche des nouvelles autorités de ce pays d’Afrique de l’Ouest. «Il doit arriver jeudi ou vendredi pour un court séjour», a précisé la source ajoutant que l’ancien dirigeant doit être «reçu par le chef de l’Etat, dans le cadre de la réconciliation nationale au pays des hommes intègres.

La source proche du nouveau régime dirigé par le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba est allée plus loin, confiant qu’un émissaire du chef de la junte a, à cet effet, rencontré Blaise Compaoré, la semaine dernière, à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Il a d’ailleurs révélé que cet envoyé spécial des nouvelles autorités burkinabè a même été reçu en audience par le chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara.

La source a par ailleurs précisé que Blaise Compaoré séjournera dans la même villa d’Etat où avait été placé en résidence surveillé l’ancien Président Roch Marc Christian Kaboré, après qu’il a été déchu par les militaires putschistes. Ce proche du pouvoir a en outre ajouté que s’il est convenu d’un retour définitif de Compaoré au Burkina Faso, «il devra par la suite se retirer dans sa résidence de Ziniaré, son village natal».

Notons que l’annonce de cette rencontre entre le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba et Blaise Compaoré intervient environ un mois après que le chef de la junte militaire a eu un tête-à-tête avec l’ex-Président déchu, Roch Marc Christian Kaboré, dans le cadre du processus de réconciliation nationale au Faso.

Lire : Burkina Faso : Blaise Compaoré condamné à perpétuité pour le meurtre de Thomas Sankara