Biens mal acquis : l’appartement parisien du fils du président équato-guinéen perquisitionné

Des policiers ont perquisitionné ce mardi l’appartement parisien de Teodoro Nguema Obiang Mangue, le fils du président équato-guinéen. Une enquête est ouverte depuis 2010 sur les conditions d’acquisition en France du patrimoine immobilier de plusieurs chefs d’Etat africains, dont le président Teodoro Obiang Nguema.

L’appartement parisien de Teodoro Nguema Obiang Mangue, le fils de Teodoro Obiang Nguema, le président de la Guinée équatoriale, a été perquisitionné ce mardi par les policiers de l’Office central pour la répression de la grande délinquance financière (OCRGDF) et les magistrats en charge du dossier. Selon les mêmes sources, les forces de l’ordre ont rencontré l’opposition de certains occupants sur place qui ont invoqué l’immunité diplomatique, rapporte Le Figaro.

En septembre dernier, 11 véhicules de luxe appartenant à la famille du président de Guinée-Équatoriale Teodoro Obiang Nguema ont été saisis par la justice, ainsi qu’un immeuble de l’avenue Foch, propriété de l’entourage du chef d’Etat equato-guinéen.

Les suites de l’enquête

Une enquête, menée par les magistrats instructeurs Roger Le Loire et René Grouman, est en cours depuis décembre 2010 pour déterminer les conditions d’acquisition de multiples résidences et d’un patrimoine mobilier très important en France de plusieurs chefs d’Etat africains. La justice française soupçonne Denis Sassou Nguesso du Congo, Teodoro Obiang Nguema de Guinée équatoriale, et le défunt chef d’Etat gabonais Omar Bongo Ondimba, de recel, de blanchiment et de détournement de fonds publics étrangers, dans l’acquisition de ces biens. Une information judiciaire avait été ouverte en 2008 après la plainte déposée par l’ONG Transparency International France.

Lire aussi :

 Biens mal acquis : des véhicules de la famille Obiang saisis par la justice française