Berlusconi en croisade

 » Notre civilisation est supérieure à l’Islam « ,  » Il faut être conscients de notre suprématie, de la supériorité de la civilisation occidentale « ,  » L’occident continuera à s’imposer aux peuples. Cela a déjà réussi dans le monde communiste et une partie du monde islamique « , ces propos ne sont pas ceux du chef d’un groupuscule d’extrême droite, mais bien du dirigeant italien Silvio Berlusconi.

Dangereux. S’il n’était pas à la tête d’un grand pays européen, les propos de Berlusconi s’ajouteraient à l’océan de la haine et de l’imbécillité, alimenté sans cesse par des nostalgiques du Duce et autres führers de pacotille. Qu’est-ce qui distingue Berlusconi de Ben Laden et consorts ? Rien, sinon le costume et la barbe ! Pour l’un, la suprématie est orientale ; pour l’autre, elle est occidentale.

Indécence. Que cherche Berlusconi ? Une guerre civilisationelle, conflit  » Occident contre le reste du monde « , un match, dira le dirigeant du Milan AC, de nouvelles croisades,  » pacifier et civiliser le monde barbare « , comme le Duce a voulu le faire en Ethiopie et en Libye ? Quelles que soient les motivations de Berlusconi – elles importent peu – ses phrases tombent mal, très mal. Le monde n’a pas besoin de pyromanes. Elles plombent les efforts de l’Union européenne au Proche-Orient, alimentent le discours de tous les intégristes et risquent de démobiliser les modérés.

Même si la plupart des dirigeants européens et occidentaux ont tenu à se démarquer de Berlusconi, il n’en demeure pas moins que cette diatribe inacceptable a déjà causé des dommages. L’un des concepteurs du nazisme disait  » calomniez, il en restera toujours quelque chose « . Apparemment, certains ont appris la leçon par coeur. Dommage. L’Histoire bégaie. A notre grand effarement.