Benoît XVI à Cotonou pour l’exhortation post synodale

Le chef de file de l’église catholique est depuis ce vendredi 18 novembre à Cotonou. Arrivé à bord d’un airbus d’Alitalia, le souverain pontife a été accueilli par Boni Yayi, le chef de l’Etat béninois. Depuis l’aéroport de Cotonou, Benoît XVI a annoncé les raisons qui ont motivé son déplacement du Bénin.

La principale raison de la visite de Benoît XVI au Bénin est la signature et la publication de l’exhortation apostolique post synodale. On se rappelle que l’année dernière, les évêques d’Afrique s’étaient réunis à Rome en Italie pour le synode. Aujourd’hui, le pape est à Cotonou pour inviter tous les africains à la réconciliation, la justice et la paix. L’autre motif pour lequel Benoît XVI est venu au Bénin est sentimental et personnel. « Je suis également venu pour aller prier sur la tombe de mon frère et ami Cardinal Bernardin Gantin », a mentionné le pape. Pour mémoire le cardinal Bernardin Gantin est le seul Béninois a avoir atteint ce grade dans la religion catholique. Il est décédé en 2009. Au nombre des raisons qui ont motivé la visite du pape au Bénin, Benoît XVI a souligné le respect de la tradition démocratique. Depuis 1990, année où la voie de la démocratie a été choisie, trois présidents ont déjà présidé aux destinées de ce petit pays de l’Afrique de l’ouest. L’alternance est régulière au pouvoir avec un fonctionnement quasi parfait des institutions républicaines.

Ce vendredi, à l’arrivée de Benoît XVI, le président béninois s’est réjoui du choix porté sur son pays et de l’appel que Benoît XVI lancera depuis Cotonou à travers l’exhortation apostolique post synodale. Pour Boni Yayi, les fils et filles de l’Afrique doivent se réconcilier entre eux pour une bonne justice garante de paix durable, gage de développement du continent. Après l’aéroport, Benoît XVI s’est rendu immédiatement à la cathédrale Notre Dame de Cotonou où il a lancé un appel contre la faim, la guerre, l’enfance malheureuse et les maladies endémiques avant de rendre hommage aux évêques disparus Christophe Adimou et Isidore de Souza enterrés dans cette église. Au pas de charge, il est allé voir au cœur de Cotonou les pensionnaires d’un centre d’accueil des orphelins dont les parents ont été victimes du VIH-SIDA.

Ce samedi, le pape se rendra à Ouidah précisément au plus grand séminaire saint Galle où a été inhumé le cardinal Bernardin Gantin. Dimanche, il célèbrera avec une soixantaine d’évêques la grande messe au stade de l’Amitié de Cotonou devant des millions de fidèles venus de plusieurs pays.

Lire aussi : Les enjeux d’un pèlerinage : Benoit XVI et justice sociale en Afrique