Bénin : vers la mise en place d’un cadre de concertation entre anciens chefs d’Etat et Président en exercice

Boni Yayi et Patrice Talon au Palais
Boni Yayi et Patrice Talon au Palais

L’ancien Président béninois, Boni Yayi, était l’hôte de son successeur, Patrice Talon, ce lundi. La rencontre, qui a eu lieu au palais de la Marina, a été pour Patrice Talon l’occasion de faire une importante annonce.

L’ancien Président béninois, Boni Yayi, était, dans l’après-midi de ce lundi 13 juin 2022, dans les locaux du palais de la Marina où il a été reçu par son successeur, Patrice Talon. Presque neuf mois après la première rencontre entre les deux hommes, en septembre 2021. Rencontre au cours de laquelle Boni Yayi avait invité Patrice Talon à libérer les nombreuses personnes mises aux arrêts dans le sillage de la Présidentielle d’avril 2021 avec divers chefs d’accusation : financement du terrorisme pour les uns, atteinte à la sûreté de l’État et blanchiment de capitaux pour les autres. Peu après cette rencontre, certains détenus ont été relaxés et respirent, depuis lors, l’air de la liberté tandis que d’autres comme Reckya Madougou et Joël Aïvo, respectivement condamnés à 20 ans et 10 ans de prison, sont toujours maintenus derrière les barreaux.

Ce lundi, Boni Yayi et son successeur se sont penchés sur «des sujets d’intérêt national», entre autres la cherté de la vie, la sécurité, la paix. Bien évidemment, les questions politiques n’ont pas été occultées. Lors du point de presse tenu par les deux hommes au sortir de leur entretien, Patrice Talon a exprimé son intention de créer un cadre de concertation entre le président de la République en fonction et ses prédécesseurs. «Nous allons formaliser ce cadre d’échange et de contact entre les anciens Présidents et le Président en exercice (…) de sorte que moi, pendant que je suis encore là pour quelque temps, je puisse profiter de vous et que mon successeur puisse profiter de vous et moi», a laissé entendre Patrice Talon. Pour ce dernier, ce cadre «apportera toujours un plus». Et de justifier sa position : «Vu d’abord l’aînesse, nous sommes Africains, vu l’expérience passée ici (à la Présidence, ndlr) et dans le monde. Plus on a d’éléments d’appréciation, plus on est avisé à prendre les meilleures décisions».

Le tête-à-tête entre les deux hommes s’inscrit dans le cadre d’une série de rencontres que le chef de l’État béninois entretient, depuis quelques jours. Mercredi dernier, Patrice Talon avait reçu successivement une délégation de l’Union Européenne ainsi que l’Ambassadeur des États-Unis près le Bénin, le président de l’Assemblée nationale, Louis Vlavonou, et ses prédécesseurs, Adrien Houngbédji, Bruno Amoussou, Antoine Kolawolé Idji et Mathurin Nago. La dernière personnalité reçue par Patrice Talon est l’ancien Président Nicéphore Soglo.

Ces différentes concertations du Président Patrice Talon avec diverses personnalités interviennent alors que le pays est à moins de sept mois des élections législatives prévues, le 8 janvier 2023. Et que les différentes chapelles politiques fourbissent leurs armes pour prendre part à ces joutes électorales qu’elles souhaitent inclusives.