Bénin : les rois d’Afrique veulent régler les conflits

Dix délégations royales se sont réunies au Bénin pour réfléchir sur la contribution des têtes couronnées au développement du continent. Au terme de deux jours de réflexion, les rois demandent aux chefs d’Etat de l’Union africaine (UA) le vote d’une convention.

(De notre correspondant)

Historique en Afrique. Rois et chefs traditionnels se réunissent pour réfléchir au développement de leur continent. A Savalou, commune située au centre du Bénin à 240 kilomètres de Cotonou, où s’est déroulé le forum, les têtes couronnées ont exprimé leur volonté de contribuer à la préservation de la paix et la stabilité de l’Afrique. Sa Majesté Bojan est un roi venu du Mali. Selon lui, les chefs traditionnels contribuent beaucoup au retour de la paix dans son pays. « Je ne peux vous dire que moi seul je suis capable de le faire. Mais une chose est sûre, il a fallu l’implication des chefs traditionnels pour calmer le problème qu’a connu le Mali, pour y trouver une solution. Si tous les chefs touaregs, tous les chefs traditionnels faisaient la même chose, le Nord-Mali ne serait pas occupé par les islamistes.», relève-t-il.

Un statut

Les rois ne restent pas les bras croisés quand une guerre éclate dans leurs pays respectifs. C’est pourquoi, ils demandent aujourd’hui à l’Union africaine (UA) de voter une convention qui leur donnera un statut juridique. « Nous voulons que les rois soient désormais impliqués dans les décisions de l’UA. Nous voulons œuvrer inlassablement pour que les rois aient au moins le poste d’observateurs », déclare l’organisateur en chef du forum, Tossoh Gbaguidi XIII, Roi de Savalou au Bénin.

A Savalou 2012, les bases ont donc été jetées pour la mise sur pied d’une association des rois d’Afrique, décidés à participer au développement du continent.

Lire aussi :

 Visite d’Hillary Clinton au Bénin : entre plébiscite et réticence

 La reconstitution vaginale : un mal silencieux

 Indépendance au Bénin : une célébration sobre