Bénin : le HCR à la rescousse des victimes des inondations

Les victimes des inondations au Bénin seront aidées par un pont aérien mis en place à compter de ce mardi par le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Le Bénin est sous les eaux et 680 000 personnes sont touchées.

Le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a démarré ce mardi un pont aérien d’urgence et a lancé un appel aux dons à hauteur de deux milliards de dollars, en faveur des victimes des inondations qui ont fait une cinquantaine de morts et des milliers de déplacés. Au moins 680 000 Béninois sont victimes de ces inondations.
« Aujourd’hui, les efforts se concentrent sur l’organisation de la réception, du stockage et de la distribution des articles de secours du HCR aux sinistrés. Nous prévoyons d’acheminer initialement par un pont aérien quelque 3 000 tentes depuis notre entrepôt d’urgence situé à Copenhague », a indiqué Adrian Edwards, porte-parole du HCR. « Nous fournissons déjà des tentes et des moustiquaires depuis nos stocks à capacité limitée dans la région, ajoute-t-il. Nous assurons également un appui logistique à nos partenaires pour leurs besoins en transport, en renforçant notre personnel ».

Des pirogues dans les rues de Cotonou

Ces inondations, causées par les récentes pluies diluviennes, sont telles que des zones jusque-là épargnées sont touchées. C’est le cas de Porto novo, la capitale politique du Bénin, qui a subi de plein fouet ces intempéries. De nouveaux quartiers de la ville ont été inondés ces derniers jours alors que le risque d’une épidémie de choléra inquiète.

Certains habitants pointent du doigt les défaillances des travaux effectués à l’occasion de la célébration du cinquantenaire de l’indépendance. « Les travaux ont été mal fait », témoigne un Béninois joint par téléphone.
Ces célébrations avaient occasionné des grands travaux d’aménagement, dont les défauts de construction seraient à l‘origine de nombreux dégâts. A Cotonou, la capitale économique, on assiste à un bal de pirogues. « L’eau a atteint un niveau tel que des pirogues circulent sur les voies pavées », raconte ce témoin.

De fortes précipitations saisonnières touchent habituellement l’Afrique de l’Ouest jusqu’en novembre. Mais la pluviométrie a atteint un niveau inhabituel cette année. Le Bénin est actuellement en proie aux pires inondations qu’ait connues le pays depuis 1963.