Bénin : la décentralisation en marche

La décentralisation est en passe d’être effective au Bénin. Ce pays semble encore donner une leçon de démocratie au continent.

Le processus de décentralisation, en cours, actuellement au Bénin a pris corps depuis la Conférence Nationale de 1990. Cette dernière verra le départ du putschiste Mathieu Kérékou – converti depuis à la démocratie. Et ce après plusieurs tentatives qui remontent à 1955. A cette conférence, le peuple béninois décide qu’il est tant de mettre fin à une centralisation qui permet à l’Etat de s’arroger tous les pouvoirs. La constitution du 11 décembre 1990, entérine cet état de fait dans ses articles 151 à 153. Cette volonté partant du principe que la décentralisation est un moyen de démocratisation par la base.

Des états généraux organisés par le ministre de l’Intérieur en 1990 donneront naissance à cinq avant-projets de loi. Après maintes tractations, quatre seront adoptés en mars 1999 et le cinquième, le plus important sera voté en janvier 2000. Il concernait l’organisation les élections locales.

A bas les circonscriptions, vive les communes !

Une mission de décentralisation est mise en place en 1997. Cette cellule s’attelle depuis à la vulgarisation du concept auprès des populations locales. A cet effet un guide, traduit en dix langues locales, a été édité et des formateurs sont partis à l’assaut du Bénin profond. La mission ayant trouvé dans les radios locales, régionales et nationales des relais privilégiés auprès des populations locales.

La décentralisation s’accompagne d’une réforme territoriale. Soixante-dix sept communes ayant une autonomie financière et une personnalité juridique remplaceront les précédentes circonscriptions. Cotonou-capitale économique, Porto-Novo- capitale politique et Parakou (principale ville du nord du pays) se sont vues attribuer un statut particulier. Dans cette nouvelle organisation, la tutelle étatique se manifesterait au travers du préfet de département. Le Bénin devrait en compter douze, en lieu et place des six précédents. Le calendrier initial prévoyait la fin du processus pour le dernier trimestre 2000. Ce ne sera pourtant pas le cas, la mise en oeuvre ayant pris quelque retard.