Bénin : flambée du Covid-19 à la veille de la reprise des cours

En seulement quelques jours, le nombre de cas de personnes infectées par le Coronavirus au Bénin a littéralement flambé. Le pays est passé de la cinquantaine de malades à 319 cas testés positifs. Selon le gouvernement, c’est la résultante des dépistages en masse réalisés auprès de groupes cibles, notamment le personnel de santé et le corps enseignant. Cette montée en puissance de la propagation du Covid-19 intervient alors même qu’une partie des apprenants doivent reprendre le chemin de l’école. Point de la situation au 10 mai 2020.

Plus de 200 malades en l’espace de quelques jours

A la date du 10 mai 2020, 319 personnes ont été testées positives au Covid-19 au Bénin, depuis le début de la pandémie. Ils sont 255 malades à être sous traitement alors que 62 sont déclarés totalement guéris. Officiellement, le pays n’enregistre que 2 morts. Cette résurgence soudaine de la maladie intervient en seulement quelques jours. En fin de semaine dernière, le pays enregistrait encore seulement une cinquantaine de malades. Ce nombre a été littéralement multiplié par 6, une semaine plus tard.

La flambée a été enregistrée après que des dépistages de masse aient été réalisés, selon le gouvernement. Entre le 3 et le 9 mai, 11 235 tests de diagnostics rapides (TDR) et 11 573 tests de PCR ont été réalisés. Au cours du mois d’avril, le gouvernement avait reçu un important stock de matériels médicaux pour renforcer sa réponse face à la pandémie du Coronavirus.

https://twitter.com/gouvbenin/status/1259432409998786561

Une résurgence qui appelle à la conscience ?

De l’incrédulité des premiers jours, les populations béninoises sont passées à la stupeur lorsque le premier décès a été enregistré. Elles étaient plus nombreuses à prendre la pandémie du Covid-19 au sérieux, ce qui a facilité la mise en application de la mesure de port de masque obligatoire.

Au cours des dernières semaines, la stabilisation du nombre de cas a instauré un certain relâchement dans le respect de cette mesure, jusqu’à l’annonce en début de semaine, de l’augmentation drastique du nombre de cas. Ce relâchement et la multiplication de comportements à risque expliqueraient-ils cette soudaine flambée ? Y aurait-il des cas non déclarés ? Voilà des questions que se pose le commun des Béninois.

Alors qu’ils sont nombreux à croire que le gouvernement limite délibérément le nombre de cas testés positifs au Covid-19, ces derniers événements lèvent le doute sur la question.

En attendant, le gouvernement a maintenu la fermeture des bars, discothèques, plages, lieux de réjouissance, mosquées, églises et autres lieux de culte sur toute l’étendue du territoire. Le cordon sanitaire, lui, a été levé. La question qui fait, cependant, le plus polémique est celle de la reprise des cours.

https://twitter.com/gouvbenin/status/1259071718238322688

Reprise de cours : doit-on s’inquiéter pour les enfants ?

Le 6 mai dernier, le gouvernement béninois a annoncé que les écoles, des établissements d’enseignement secondaires ainsi que les universités rouvriront à partir du 11 mai. Seules certaines catégories d’apprenants ont, cependant, été autorisées à reprendre le chemin des classes, et cela, suivant un calendrier bien précis.

La résurgence de la maladie fait craindre le pire et remet en question la pertinence de cette mesure. Le doute est d’autant plus grand que les derniers tests de dépistage réalisés ont particulièrement ciblé les agents de santé et le corps enseignant en vue de la reprise prochaine des cours. Les apprenants qui reprendront le chemin des salles de classe, ce lundi 11 mai, sont-ils réellement en sécurité ? Telle est la question.

Le gouvernement a annoncé que les écoles, les collèges et universités publics recevraient gratuitement des masques. Le pays dispose d’un important stock de masques qui a été renforcé, ce dimanche 10 mai, selon les informations publiées sur le site officiel du gouvernement.

Cependant, rien n’a été dit sur la coordination des actions préventives sur le terrain. On ne sait rien des mesures effectives prises par les écoles, les établissements d’enseignement secondaire pour prévenir au maximum les gestes à risques : lavage des mains, utilisation de gel hydroalcoolique, distanciation d’un mètre. La question du nombre d’élèves ou d’étudiants par salle de classe se pose également.

Toutefois, quand on sait que la plupart des apprenants se sont retrouvés livrés à eux-mêmes et que certains ont même été convertis en vendeurs de masques, on se demande s’il n’est pas préférable pour eux d’être en classe. Malgré tout, le gouvernement ne gagnerait-il pas plutôt à miser sur des initiatives locales pour soutenir l’école béninoise ?

Des initiatives pour soutenir l’école béninoise

Dans ce climat d’incertitude totale autour des conditions de reprise de cours, des initiatives locales ont décidé de soutenir l’école béninoise. Cela fait quelques semaines déjà que la plateforme « Apprendrenligne.com » permet aux apprenants béninois de suivre les cours depuis la maison.

Cette plateforme a été créée sur fonds propres par un groupe de jeunes développeurs béninois. Elle est née de leur désir d’apporter leur contribution à l’éducation béninoise alors que les apprenants étaient livrés à eux-mêmes depuis fin mars.

Les cours proposés touchent l’enseignement primaire, secondaire, technique et professionnel et toutes les filières sont prises en compte. Les apprenants ont accès à des cours vidéo, des fiches de révision, des exercices d’application et exercices corrigés, tous dirigés par des professeurs qualifiés.

Outre les cours particuliers et les soutiens scolaires, des travaux dirigés sont réalisés en direct par des professeurs spécialisés. Chaque semaine, plusieurs cours sont dispensés en ligne et ciblent, essentiellement, les apprenants des classes d’examens. Si l’initiative semble séduire de plus en plus de Béninois, elle a encore besoin de soutien pour se déployer à grande échelle.