Bénin : En attendant la visite du Pape

Du 18 au 20 novembre prochain, le pape Benoît XVI séjournera au Bénin. Pour la cause, la municipalité de Cotonou invite les vendeurs à déguerpir les artères. Ceux qui font de la résistance l’apprennent à leurs dépens. Mais, ils promettent l’enfer aux décideurs de la ville prochainement dans les urnes.

L’opération de déguerpissement se fait sans tambour ni trompette sous les yeux des éléments de la police municipale. Au moyen d’engins utilisés habituellement pour les grands travaux, les agents de la mairie défont simplement les boutiques et autres kiosques de vente de journaux ou de cartes de recharges GSM sans état d’âme. Aux dires des barons de la mairie de Cotonou, « quand les chrétiens catholiques vont dimanche à l’église, ils sont propres. Il a de quoi que la ville qui accueillera le pape soit aussi propre.» « Les responsables de la municipalité de Cotonou veulent, en effet, profiter de l’occasion pour donner un autre visage à la grande métropole béninoise. », pense pour sa part Jules, un habitant de la ville. Sur l’axe carrefour Etoile Rouge – carrefour Stade de l’Amitié, plus de trace de cabine téléphonique, de commerce et de maquis obstruant le passage des piétons. Tout est déjà rasé. L’autre objectif que l’on vise également à la mairie de Cotonou en lançant l’opération est d’amener les différents vendeurs à la sauvette à aller louer des stands dans les différents marchés construits. Ce qui augmenterait les recettes de taxes de la municipalité.

Chantage …

Avant donc l’arrivée dans moins de deux semaines de Benoît XVI au Bénin, Cotonou, la principale ville du pays se pare de ses plus beaux habits même si certaines personnes obligées à décamper des abords des principales voies ne cessent de maudire ceux qui ont fait couper leurs activités génératrices de revenus. D’autres préfèrent orienter leur menace dans un sens politique. « Les élections municipales se dérouleront dans 2 ans on les attend ici » Ces propos ont amené certains observateurs de la chose politique au Bénin à conclure : « Les Soglo font du sale boulot ». L’ancien président du Bénin, Nicéphore Soglo, actuel maire de Cotonou et son fils Léhady, le premier adjoint au maire sont pris en pitié parce que cette campagne de salubrité pourrait justement lourdement peser dans la balance aux prochaines élections communales et municipales.