Barack Obama : l’homme qui pourrait être le premier président noir des Etats-Unis

Le Sénateur démocrate de l’Illinois, Barack Obama s’est porté, mardi 16 janvier, via son site internet, candidat à l’investiture du parti démocrate pour les présidentielles de 2008. Il s’est engagé à « rassembler les Américains » et à « faire de la politique autrement ». M. Obama, avocat de père kenyan et de mère américaine, a mis en place un comité chargé de préparer sa campagne.

Le sénateur de l’Illinois a franchi, hier, la première étape vers la candidature à la Maison Blanche en 2008. S’il était élu, il serait le premier noir président des Etats-Unis d’Amérique. Il a créé un « comité exploratoire » qui lui permettra de lever des fonds et d’embaucher du personnel pour sa campagne. Le 10 février, il devrait confirmer ou infirmer sa candidature à l’investiture du parti démocrate pour les prochaines présidentielles. Obama est le cinquième candidat déclaré, dans le camp démocrate, après John Edward, Tom Vilsack, Chris Dodd et Dennis Kucinich. Hillary Clinton, qui est la favorite des sondages, devrait annoncer sa candidature prochainement.

Barack Hussein Obama (Barack signifie béni des dieux en swahili) est né le 4 août 1961 à Honolulu, Hawaï, d’un père Kenyan et d’une mère américaine blanche du Kansas. Il est diplômé de Harvard et avocat de formation. En novembre 2004, il a été élu sénateur de l’Illinois avec 70% des voix, devenant ainsi l’unique noir de l’assemblée et le troisième depuis 1867.

Le jeune sénateur se considère aujourd’hui comme le candidat de la différence et du rassemblement. « La politique est devenue tellement arriviste et partisane, tellement soumise à l’argent et aux influences diverses qu’on ne peut plus s’attaquer aux grands problèmes qui exigent des solutions. Nous devons changer notre politique et nous rassembler autour des intérêts et des inquiétudes communes en tant qu’Américains » a-t-il déclaré.

Barack Obama, 45 ans, est l’étoile montante du parti démocrate depuis la Convention de 2004 où il avait électrifié l’assistance grâce à un discours mémorable dans lequel il avait affirmé qu’« il n’y a pas une Amérique rouge des Républicains et une Amérique bleue des Démocrates. On prie aussi dans les Etats bleus et on a aussi des amis homosexuels dans les Etats rouges ». Par ce discours, il a voulu réconcilier l’Amérique politique et casser les stéréotypes socioculturels américains. Il a la faveur de certains démocrates qui le considèrent plus rassembleur qu’Hillary Clinton, a indiqué AP.

Certains soulignent son manque d’expérience, car il n’a été élu au Sénat qu’en 2004. Ils se demandent, également, si le peuple américain est prêt à avoir un noir à sa tête après George W Bush. Mais pour beaucoup, à l’exemple de Kris Chultz, consultante politique, Barack Obama est le premier noir à avoir une chance réelle de disputer cette élection. Et ils le considèrent comme un concurrent très sérieux de l’ancienne première dame Hillary Clinton.

« Obamania »

« Avec un nom pareil, il est foutu » a pensé Kris Chultz la première fois qu’elle a entendu parler de Barack Obama en 2002. Aujourd’hui, elle travaille bénévolement à Run Obama, un site internet dont l’objectif est d’encourager le sénateur à se présenter à l’investiture démocrate pour les présidentielles de 2008.

« Je peux sembler mièvre, mais il dégage quelque choses de quasi spirituel » déclare Kris Chultz dans Le Figaro. En six ans, Barack Obama est devenu une star. Il est le chouchou des médias qui en ont fait « l’homme qui pourrait être le premier président noir des Etats-Unis », explique-t-elle. Un vent d’engouement s’est levé autour du jeune sénateur et les médias l’ont nommé : « l’Obamania ».

Son voyage dans le New Hampshire, Etat clé des primaires présidentielles, a charrié tous les journalistes politiques comme si la campagne de 2008 battait déjà son plein, rapporte Le Figaro. Ses deux livres sont en tête des ventes. Sur eBay, le site de vente aux enchères, Dreams from my father a atteint dix fois son prix normal. Le livre, réédité d’urgence, est devenu best-seller. Un site internet : Obamarama suit ses faits et gestes.

Très charismatique, Barack Obama semble avoir gagné aussi bien les banlieues blanches que les quartiers noirs. De nombreuses personnalités lui ont apporté leur soutien, notamment le comédien Matt Damon, l’animatrice Oprah Winfrey et George Clooney qui a déclaré que Barack Obama était « un leader » et a ajouté, « il arrive quelque part, et vous avez envie de le suivre où qu’il aille ».