Banane ACP : les pays producteurs lancent « L’appel de Yaoundé »

Les producteurs de bananes des pays d’Afrique, de la Caraïbe et du Pacifique (ACP), se sont retrouvés lundi et mardi, à Yaoundé, la capitale du Cameroun. Leur rencontre a abouti à un plaidoyer pour un traitement spécifique de leur production par l’Union européenne et pour plus de démocratie et de transparence dans la gestion du problème de la banane par l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Notre correspondante au Cameroun

Dans une déclaration nommée L’appel de Yaoundé, les producteurs des pays ACP exigent que leurs intérêts soient préservés face à la menace de l’invasion de la banane des pays latino-américains sur le marché européen. Les producteurs africains et communautaires se sont retrouvés pendant deux jours dans le but de s’unir face à ce qu’ils appellent un « libéralisme extravagant ».

Ils sollicitent l’entregent de la Commission européenne pour que l’appel soit interjeté avant ce 29 août 2008 auprès de l’organe de règlement des différends de l’Organisation mondiale du Commerce. Leur volonté est d’obtenir l’annulation de l’accord conclu entre l’UE et les groupes spéciaux, sous l’égide des USA et de l’Equateur. Cet accord intègre le principe de l’abolition douanière et favorise par la même occasion l’accès au marché européen pour la banane latino américaine au détriment la banane ACP. Cette situation est préjudiciable pour les fragiles économies des pays ACP et communautaires, sevrées de ressources substantielles.
L’objectif est de booster la production de bananes ACP dont les exportations stagnent ou chutent depuis quelques années.

La baisse des tarifs douaniers : une menace pour les pays ACP

L’appel de Yaoundé est également une main tendue des producteurs africains à l’OMC afin que la banane ACP bénéficie d’un accord spécifique contraire au régime auquel sont soumis les autres pays producteurs de produits tropicaux. Ce nouvel accord leur permettrait de faire face à la concurrence de façon équitable.

Pour mémoire, la réunion de Yaoundé fait suite à l’échec des travaux de la conférence ministérielle de juillet dernier à Genève en Suisse. Une conférence au cours de laquelle les intérêts de la filière banane ACP ont failli être mis en péril face à la banane dollar subventionnée, et qui bénéficie de la baisse des tarifs douaniers pour envahir le marché européen.

Il était question pour les participants, de dialoguer et de négocier afin d’arriver à un compromis mutuellement acceptable sur le dossier de la banane où les divergences sur les tarifs douaniers persistent. Selon les accords de Doha, les tarifs douaniers vont subir une baisse drastique de l’ordre de 80%, la conséquence sera sans doute une autre porte ouverte aux pays puissants au détriment des pays ACP, pauvres et dont les économies sont déjà fragilisées, d’où l’appel des producteurs ACP.