Ban Ki-moon salue la nouvelle décision de Khartoum sur le Darfour

Le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, s’est réjoui lundi de l’acceptation, par le Soudan, de la fourniture d’un « appui lourd », par les Nations Unies, aux soldats de maintien de la paix de l’Union africaine (UA), dans le Darfour ravagé par la guerre.

Le gouvernement soudanais a accepté, lundi, le déploiement de six hélicoptères de combat de l’ONU dans le Darfour. Cette décision entre dans le cadre de la deuxième phase du soutien de l’ONU à la force africaine déjà sur place. 3 000 casques bleus devrons être envoyés au Darfour pour épauler les 7 000 soldats de l’UA, selon cette deuxième étape, avant une troisième qui prévoit le déploiement de 20 000 hommes et que le Soudan dénonce comme une violation de sa souveraineté.

« Je suis encouragé par ce développement et j’entends agir pour un déploiement rapide, en étroite collaboration avec l’Union africaine », a déclaré Ban Ki-moon, dans un communiqué transmis lundi, après la réception de la lettre confirmant l’accord du gouvernement soudanais.

Le communiqué signé par Michele Montas, porte-parole des Nations Unies, indique que le secrétaire général a fait part de son intention de consulter également le gouvernement soudanais sur la question du déploiement.

« J’attends du gouvernement soudanais qu’il fournisse d’urgence les terrains et autres infrastructures nécessaires au déploiement de « l’appui lourd » à l’UA, y compris la permission de rechercher des sources d’eau », a encore noté le secrétaire général de l’ONU dans son communiqué.

Ban Ki-moon sollicite plus de moyens pour le Darfour

Il a ensuite appelé les pays fournissant des troupes et des policiers, ainsi que les donateurs, « à se montrer généreux afin de renforcer le plus rapidement possible l’opération de maintien de la paix dans le Darfour. » Il a, par ailleurs, lancé un appel à l’arrêt immédiat des hostilités sur le terrain et des attaques contre les soldats de la paix de l’UA.

M. Ban a également révélé que les Nations unies vont intensifier leurs efforts pour garantir l’application des accords d’Addis- Abeba et d’Abuja, qui visent la mise en œuvre d’un processus politique global et la fourniture d’une protection efficace à la population.

« En outre, je serai en étroite consultation avec les Etats de l’Union africaine et de la Ligue arabe pour veiller à ce que les problèmes humanitaires enregistrés dans le Darfour soient allégés », a-t-il noté.

Le secrétaire général Ban Ki-moon et le président de la Commission de l’Union africaine, Alpha Oumar Konaré, ainsi que les membres du Conseil de sécurité ont démarré lundi, à New York, des consultations de haut niveau sur la crise du Darfour. Ces consultations donnent la priorité au processus politique, à l’accès humanitaire et à l’efficacité des opérations de maintien de la paix mises en œuvre dans la région.