Ban Ki-moon dévoile son plan d’action pour l’Afrique

Bankimoon.jpg

Le Secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon a présenté, lundi, son Plan d’action pour l’Afrique aux chefs d’Etat et de gouvernement réunis dans le cadre du 8ème sommet de l’Union africaine (UA) à Addis-Abeba, en Ethiopie. Il a, entre autres, annoncé la mise sur pied d’un groupe de travail sur l’Afrique et une enveloppe pour la reconstruction du Burundi.

Ban Ki-moon a également annoncé la mise à la disposition du Burundi d’une enveloppe de 25 millions de dollars US pour financer sa reconstruction post-conflit, tout en saluant les récents efforts de pacification de la RD Congo et en notant que la démarche unifiée entre l’Union africaine (UA) et les Nations unies a permis le progrès.

Le Secrétaire général des Nations unies a affirmé qu’il convoquera bientôt, sur l’Afrique, un groupe de travail comprenant notamment des experts, des décideurs et des donateurs qui seront chargés de plaider pour la mobilisation de ressources supplémentaires afin de combattre les effets du changement climatique, qui provoquent la faim et la famine sur le continent.

Le panel d’experts sur l’Afrique se réunira avant le mois de mars pour examiner d’autres questions qui touchent le continent en 2007 et les présentera au sommet du G8, prévu au mois de juin, a encore indiqué le Secrétaire général de l’organisme universel. Le groupe d’experts a pour mission d’élaborer un plan d’action afin d’appuyer les initiatives pratiques visant à accélérer le progrès en 2007/2008. Le plan sera prêt avant le mois de juin.

« Nous devons prendre en charge les aspects régionaux des conflits en Afrique. Les populations du Darfour doivent s’impliquer dans la recherche de solution pour le Darfour », a déclaré le Secrétaire général des Nations unies, devant les dirigeants africains. Il a indiqué qu’il avait pour priorité de veiller à ce que l’Afrique soit à l’abri des conflits civils et des impacts du changement climatique, plaidant en faveur d’une forte participation de l’Afrique au Mécanisme des Nations unies pour un développement propre (MDP), qui permet aux pays d’obtenir de l’argent pour les projets environnementaux.

Renforcer la paix et l’unité

L’UA et les Nations unies travaillent dans le cadre d’un partenariat conjoint au renforcement des opérations de paix dans les zones de conflit par le partage des ressources. Les deux organisations ont signé un accord de collaboration sur les efforts de maintien et de renforcement de la paix. « J’ai conscience que l’unité d’objectif qui a motivé la recherche de l’indépendance contribuera à renforcer l’unité au sein des pays sortant d’une situation de conflit », a affirmé le Secrétaire général des Nations unies.

L’Afrique, a-t-il indiqué, a fait de remarquables progrès dans le domaine de la lutte contre les conflits. « Il ne s’agit pas seulement d’une question de survie et de sécurité pour ceux dont les vies ont été directement touchées, il s’agit également d’une condition pour construire de meilleures vies », a encore souligné Ban Ki-moon.

Il a, par ailleurs, constaté que son engagement en faveur de l’Afrique s’est manifesté dans sa récente décision de prendre comme adjointe Asha-Rose Migiro, ancienne ministre des Affaires étrangères de la Tanzanie. « Je suis heureux d’avoir comme adjointe une femme africaine dotée de qualités exceptionnelles », a-t-il noté.

L’Afrique avait apporté son appui à la candidature de Ban Ki- moon au poste de Secrétaire général de l’ONU. Il a expliqué que sa décision de réserver l’un de ses premiers déplacements internationaux à l’Afrique avait également pour but de remercier les leaders africains pour l’appui apporté à sa candidature.

« J’ai promis de faire de mon mieux pour mobiliser la volonté politique des leaders du monde et des institutions financières internationales, ainsi que des autres acteurs et des gouvernements africains pour réaliser les Objectifs du développement pour le Millénaire (OMD) », a-t-il encore affirmé.

Le Secrétaire général des Nations unies a également promis de renforcer et de réformer l’appareil onusien, dans le sens réclamé par l’UA, qui ambitionne de construire un continent libéré de la faim et des tragédies induites par les facteurs climatiques.