Ballet diplomatique incessant en RDC

Depuis le début de ce mois de juillet, la RDC enregistre un ballet diplomatique sans précédent, après les élections de l’année dernière. Chef d’Etat, membres des gouvernements, etc., tout le monde veut appuyer les efforts de ce pays sorti d’une guerre civile la plus meurtrière de son histoire. Et ces visites d’hommes d’Etat aboutissent, bien entendu, à des promesses fermes d’aide à la reconstruction.

Notre correspondant à Kinshasa

La dernière visite en date est celle de la Présidente de la confédération helvétique, arrivée à Kinshasa ce lundi 16 juillet. C’est le premier chef d’Etat occidental à visiter la Rdc post-électoral. Interrogée sur les raisons de sa visite officielle de 48 heures en RDC, Mme Micheline Calmy-Rey explique que «le Congo a eu un processus électoral satisfaisant», selon les témoignages des observateurs suisses ayant suivi le processus électoral. Elle a conclut que «le Congo est un pays qui fait des efforts ».

La Suisse rapatrie 8 millions des francs de Mobutu

A l’issue d’un tête-à-tête avec son homologue Joseph Kabila, Micheline Calmy-Rey a annoncé la décision de la Suisse de rapatrier en RDC les avoirs de Mobutu, évalués à 8 millions de francs suisses (environ 4,8 millions d’euros). « Nous demandons au président Kabila de bien vouloir désigner un représentant en Suisse pour qu’une solution puisse être rapidement trouvée, pour que nous puissions avancer rapidement dans la résolution de ce problème », a-t-elle déclaré. « Vous savez que la Suisse ne garde pas l’argent de tels fonds. Nous avons renvoyé au Nigeria 500 millions de dollars des fonds Abasha (ancien président nigérian, ndlr). Nous considérons que cet argent ne nous appartient pas », a-t-elle renchéri.

Par ailleurs, la Suisse, a indiqué sa Présidente, participe au financement de la Monuc (mission de l’Onu en Rdc) avec une contribution annuelle de 13 millions de francs suisses et finance la Radio Okapi(radio de l’Onu) », a –t-elle poursuivi. Avant de conclure : «Je souhaite présenter à mon gouvernement et à mon parlement un projet de coopération régionale qui répartirait nos ressources de coopération au développement équitablement entre le Rwanda, le Burundi et la RDC ».

L’Italie entre aussi dans la danse

Le Vice-Président du Conseil des ministres et Ministre des Affaires étrangères de la République italienne, Massimo D’Alema, a lui aussi séjourné à Kinshasa jeudi 12 juillet dernier. Il était accompagné d’une forte délégation dont fait partie la Ministre du Commerce international, Mme Emma Bonino. Par cette visite, le gouvernement italien, qui s’est déjà impliqué dans le processus démocratique en RDC, entend relancer la coopération bilatérale dans les domaines économique, technique et culturel, en appuyant plusieurs projets de développement, notamment en énergie hydro-électrique. Il s’agit également, pour Rome,d’encourager les entrepreneurs italiens à venir investir au Congo, à la faveur d’«un cadre de stabilité susceptible d’ouvrir beaucoup d’opportunités de coopération», indiquait un communiqué de l’ambassade italienne, à la veille de la visite de M. D’Alema.

Sur base des projets déjà approuvés ou en cours d’approbation, « l’aide italienne est évaluée à environ 9 millions de dollars US en 2007, même si un bilan définitif de l’appui total à la RDC ne pourra être rédigé qu’à la fin de cette année seulement».

L’action de la coopération italienne a été et sera réalisée par le biais d’organismes internationaux, par les organisations non gouvernementales italiennes opérant en RDC, par la coopération décentralisée et à travers un appui direct aux institutions congolaises, renseigne l’ambassade italienne à Kinshasa.

Ces interventions, précise la source, se développent dans le secteur socio-sanitaire, dans le domaine de la construction et de la réhabilitation des structures, dans la sécurité alimentaire et dans l’amélioration des conditions de vie des déplacés ex-combattants, des populations rurales et des minorités.

L’aide française précède Nicolas Sarkozy

Le gouvernement français vient d’accorder 300 millions de dollars américains à la RDC. Son Ambassadeur à Kinshasa l’a annoncé à l’occasion de la fête nationale française, célébrée le 14 juillet de chaque année. «La France est parmi les pays amis qui viennent à la rescousse de la RDC. Pour preuve, elle vient d’accorder pour une période de 5 ans, 300 millions de dollars américains, pour assister le Congo-Kinshasa dans le secteur de l’éducation, de la santé et des infrastructures», a déclaré Bernard Prévost. Le diplomate français a rappelé «cette assistance qui s’inscrit dans le cadre de l’aide au développement sera concentré sur l’éducation, la santé et la protection de l’environnement. Selon la source, aucun détail sur la répartition de ce fonds n’a été donné». Par ailleurs, la presse de Kinshasa a annoncé depuis plusieurs jours l’arrivée à Kinshasa du Président Français Nicolas Sarkozy. La date du 27 juillet a été avancée par les journaux kinois. Toutefois, à l’ambassade de France, on ne donne aucune précision sur cette nouvelle.

Et la Belgique qui reprend la coopération militaire

Les militaires belges vont reprendre dans les prochaines semaines leur mission de formation de leurs collègues congolais, interrompue à la fin de l’an dernier lors de la fin de la transition en République démocratique du Congo (RDC).

Cette formation, qui se concentrera sur les unités de génie de construction, doit reprendre vers le 20 août prochain à Kananga (centre). Mais une avant-garde se trouve sur place depuis le 1er mai pour préparer l’arrivée du gros du détachement. Cette nouvelle a été livrée à la suite de la visite du ministre belge de la Défense, André Flahaut, en visite « d’adieu » à Kinshasa. Le montage du cantonnement, de type PSO (opération de soutien de la paix), débutera le 1er août, de manière à ce que les quinze instructeurs belges et le détachement d’appui (23 personnes) puissent entamer leur mission d’encadrement vers le 20 du mois. Elle doit s’achever à la fin de l’année et consiste à « coacher » des instructeurs congolais déjà formés par la Belgique qui doivent instruire quelque 300 stagiaires des Forces armées de la RDC (FARDC), afin de constituer des unités provinciales de génie capables d’effectuer des travaux au profit de la population, a le porte-parole de l’armée belge.