Awadi et Duggy Tee : « L’esprit Positive Black Soul est toujours là »

Les rappeurs Awadi et Duggy Tee, pères du rap sénégalais, ont fait leur grand retour pour célébrer les 25 ans d’existence de leur groupe Positive Black Soul (PBS). Ils ont présenté leur nouvel album intitulé « PBS 25 », et enchaîné les concerts au grand bonheur de leurs fans qui attendaient ce moment depuis de longue date. Les deux inséparables reviennent sur leur carrière pour Afrik.com, sans oublier d’apporter leur regard sur les maux du pays de la Téranga.

A Dakar,

Au studio Thomas Sankara, sanctuaire d’Awadi et Duggy Tee, on n’y travaille dur mais l’ambiance est bon enfant. Ici, on se taquine, on rit de bon cœur et on aborde aussi tous les sujets d’actualités. Créé en 1998 par Didier Awadi pour acquérir une indépendance totale sur la production de ses œuvres, c’est aussi une sorte de quartier général pour de nombreux artistes du pays de la Téranga, mais aussi issus de tous les continents. Même le chanteur belge Stromae y fait toujours un saut quand il est de passage. Sur tous les murs du studio sont accrochés les portraits de révolutionnaires qui ont bousculé les modes de penser de la société. Aucun ne manque à l’appel! Thomas Sankara bien sûr, Kruhmah, le Ché, Nelson Mandela, Martin Luther King, Malcolm X… Dans une des pièces du studio, comme à son habitude, Didier Awadi, vêtu d’un large tee-shirt, jean large, basket, est sur sa table mixage, casque sur la tête en train d’arranger de la musique. Puis quelques minutes plus tard Duggy Tee, arborant fièrement ses longues et fines rastas, arrive. Poignée de mains entre les deux gaillards, qui se dirigent ensuite vers le balcon pour prendre place autour d’une table garnie de jus de fruits. « Je parie que tu n’arriveras même pas à soulever cette chaise très lourde », lance Awadi en riant à Duggy Tee, qui esquisse à son tour un sourire et réussit à relever le défi. Maintenant les choses sérieuses peuvent commencer. Parlons du grand retour du PBS!

Afrik.com : Votre retour était très attendu, notamment par vos fans. Pourquoi teniez-vous à en faire un évènement spécial ?

Awadi :
On était tous les deux sur des albums solos. Mais on s’est dit qu’on devait marquer le coup pour les 25 ans du groupe. Le groupe est né en 89. Ça faisait en tout dix ans que le groupe n’avait pas sorti d’album. Il fallait donc marquer les 25 ans, une date importante, car c’était le début du début hip-hop et de la culture urbaine en Afrique. Ça a marqué beaucoup de jeunes. On s’est dit donc qu’on n’allait pas laisser l’année se terminer sans faire un album pour marquer l’évènement. Surtout qu’on avait déjà commencé à faire des morceaux sans pression. On avait la volonté de faire de la musique de nouveau ensemble surtout que ça faisait très longtemps qu’on n’avait pas travaillé ensemble. Mais on avait besoin de temps, notamment pour voir comment était l’environnement musical et ce que le Positive Black Soul pouvait apporter de frais, de nouveau. Il ne fallait pas seulement revenir parce que les gens le demandaient. Il fallait le faire pour que ce qu’on fait soit à la hauteur. Donc on a pris le temps de réfléchir. Depuis cinq, six mois déjà, on en parlait. On voulait vraiment faire plaisir à nos fans aussi.

Afrik.com : Comment s’est passée la préparation de votre nouvel album PBS 25?

Duggy Tee :
Comme d’habitude, ça s’est passé dans un esprit de famille avec toute l’équipe. On a procédé comme d’habitude au feeling. Nos deux styles se complètent. Quand j’ai une idée, je l’expose, lui aussi fait de même. Chacun coache l’autre en fait. Même si on ne nous a pas vu pendant très longtemps, l’esprit du Positive Black Soul est toujours là.

Afrik.com : Qu’est-ce que c’est l’esprit du Positive Black Soul?

Duggy Tee :
C’est de croire en l’Africain, en l’homme noir, au développement de l’homme noir. Pendant longtemps, on s’est rendu compte que tous ces gens dont on était fan véhiculaient ces valeurs. Comme Malcolm X, krumah, Sankara, Cheikh Anta Diop… Ils avaient tous cette fierté là : être Noir. On voulait faire notre part à ce combat pour dire que l’Afrique, ce n’est pas que le safari, l’Afrique a beaucoup de richesses et de choses à offrir au monde. Donc nous devons nous battre pour défendre ces richesses et être fiers de ce qu’on est.

Afrik.com : Vos textes sont toujours très engagés, notamment sur la situation en Afrique. Peut-on dire que votre message est surtout adressé aux jeunes?
_Awadi :
On s’adresse à tout le monde. On véhicule ce qu’il y a de positif en Afrique, mais on n’a pas peur de critiquer ce qui ne va pas non plus. On a été très très tôt très critiques dans nos textes, depuis nos débuts. Si tu veux soigner un malade, tu fais un bon diagnostic et tu mets le doigt là où ça fait mal.

Afrik.com : Dans votre musique, on retrouve beaucoup de sonorités d’instruments traditionnels, comme le djembé, la kora, le balafon… Est-ce une façon pour vous de toujours rester attachés à vos racines africaines ?

Awadi :
On est hyper urbain. On se balade souvent dans les grandes villes comme Dakar. N’empêche, notre musique sonne toujours balafon, djembé, chants traditionnels… C’est tout ça notre musique. Il faut qu’on assume toutes ces influences et on doit même les magnifier. Ça ne sert à rien de pomper un Américain. Je pense qu’il faut s’inspirer de ce qu’on a autour de soi. Je dis souvent à mes jeunes frères qu’il faut utiliser ce qu’on a autour de soi, il ne faut pas attendre qu’un autre l’utilise pour dire c’est super ce qu’il fait, c’est orignal… C’est toutes les différences de chacun qui rend ce monde beau. L’Américain va venir avec sa différence, l’Africain aussi, l’Européen pareil. De même, la musique chinoise a aussi son identité. En Afrique aussi nos musiques ont leur identité. Voilà pourquoi on entendra toujours des sonorités africaines dans notre son. Des fois on va chercher des vieilles manières de chanter, mais parfois on apporte de nouvelles façons de chanter. Dans une maison, vous avez toujours un fils qui représente la nouvelle génération, mais vous vivez aussi avec la grand-mère, qui représente l’ancienne génération. C’est la même chose dans notre musique.

Afrik.com : Quelles ont été vos influences ?

Duggy Tee :
Musicalement, le rap, le reggae, les rappeurs old school très engagés nous ont beaucoup influencés dans le discours et le message. On est en fait ouvert à toutes formes de musique. On a toujours eu cette âme de musicien tous les deux, d’ailleurs nos pères étaient d’excellents guitaristes, c’était leur passion.

Afrik.com : Quels sont vos projets ?

Awadi :
D’autres albums sont à venir. On a déjà des morceaux en chantier et on va prendre le temps de bien les finir. On doit faire une tournée en Europe, en Amérique du Nord, dans le pays aussi, d’ici l’été, pour relancer la machine. C’est une façon aussi de dire aux gens que le PBS ne peut pas mourir, car PBS est une façon de penser, un mode de vie, une vision, c’est vraiment un projet qui va continuer. On aimerait bien par exemple que des groupes comme Aragon ou qu’une autre génération se prévalent de PBS.

Afrik.com : Et qu’en est-il de vos carrières personnelles, arriverez-vous à les gérer avec le groupe ?

Duggy Tee :
L’un n’empêche pas l’autre. On va continuer nos carrières personnelles, mais quand il s’agit de travailler sur les projets du groupe on est toujours disposé à le faire. On travaille actuellement chacun sur deux albums solo. Et chaque fois qu’on verra Duggy Tee, on verra aussi Awadi. Même pendant la période ùle PBS n’a sorti aucun album, on continuait toujours à faire des choses ensemble.

Afrik.com : Le rap est très développé et très écouté au Sénégal, où l’on n’a énormément de rappeurs. Quel est votre regard sur l’évolution du rap sénégalais ?

Duggy Tee :
Le rap a quitté la rue pour rentrer dans les maisons, dans les radios, les salons aujourd’hui. C’était un orphelin dans la rue sans abris. Aujourd’hui, les choses ont bien changé, il y a une floraison de groupe de rap dans le pays. A nos début, on était deux ou trois groupes de rap, maintenant on est très nombreux. Mais il n’y a pas une réelle industrie du disque, et ce n’est pas seulement le rap qui en souffre. Il n’y a pas de suivi des infrastructures qu’il faut pour que tous puissent vivre de leur art.

Afrik.com : En clair, selon vous il est impossible de vivre de la musique au Sénégal ?

Awadi :
On ne peut pas en vivre, ça c’est clair ! Si on se limite juste à vendre des disques, c’est impossible. Pour s’en sortir, il faut faire beaucoup de prestations live, des concerts, des spectacles vivants, c’est ça qui fait l’artiste. Il faut que l’artiste ait un projet innovant qui l’aide à avoir une valeur ajoutée pour espérer vivre de sa musique.

Afrik.com : Quelles sont les solutions pour changer la donne ?

Awadi :
Il faut un cadre légal. Le Sénégal est en train de mettre une nouvelle loi sur les droits d’auteurs, droits voisins, également concernant e la copie privée, tout ça est en train de se mettre en place. Le monde change, notre mode de consommation change. Avant, on se ruait vers la cassette, vers le vinyle, maintenant on télécharge, on est sur l’air du numérique. Dans certains pays du Nord, on ne fait que du streaming. A nous de comprendre que les choses changent. On est au milieu d’une époque entre deux eaux. A nous de comprendre que ce qui va faire la différence entre les artistes, c’est l’exécution de ses œuvres. C’est celui qui saura le mieux défendre son projet devant un public, qui tirera son épingle du jeu. Tant qu’il y aura des artistes, il y aura un besoin d ‘exprimer son art sur scène. Pour le moment, c’est là qu’on doit appuyer sur le champignon, c’est sur ça que les artistes gagnent leur vie. C’est possible de vivre de son art mais c’est beaucoup de travail.

Afrik.com : Le Sénégal a encore beaucoup à faire pour atteindre l’émergence et améliorer les conditions de vie de la population par exemple. Quel regard portez-vous sur la situation du pays ?

Duggy Tee :
Le pays va mal, c’est indéniable. Il y a une crise mondiale c’est vrai, mais il est temps qu’on reconnaisse nos défauts, qu’on se regarde dans le miroir. On a trop cultivé le fatalisme. En fait, les gens ne se bougent pas, se contentent de dire que tout ce qui leur arrive devait l’être. Un pays avance par son état d’esprit. Il faut qu’on soit fiers de nous et il faut qu’on travaille. Arrêtons d’être hypocrites et avançons. Tout est politisé au Sénégal, les gens ne respectent pas les priorités. Je pense que pour qu’un pays avance, il y a quatre éléments fondamentaux à sécuriser : l’éducation, l’emploi, la santé, la sécurité… Mais ces quatre éléments font défaut au Sénégal, car quand on est malade il faut avoir un bon compte bancaire, sinon on n’est pas bien soigné. On se concentre trop sur les futilités. Il faut gérer les priorités et arrêter de tout politiser.

Afrik.com : Que faire alors pour changer en profondeur la donne ?

Awadi :
Il faut regarder les choses en face. Ne pas avoir peur de regarder là ou ça fait mal. On a la chance d’être dans une période d’accélération de l’histoire. Aujourd’hui, sur n’importe quel problème, tu peux mobiliser les gens via les réseaux sociaux et commencer à avoir des réflexions sur des sujets quand ça ne va pas dans un pays. Et quand un un dictateur essaye de modifier la Constitution, tu peux mobiliser tout le monde pour changer la situation. Quand on veut, on peut changer sa vie. On est des éternels optimistes, raison pour laquelle on a décidé de rester en Afrique et de vivre en Afrique, et de changer la vie de ceux qui sont autour de nous.

Afrik.com : Comment alors soutenir les populations pour que leur vie change ?

Awadi :
Il faut redonner de l’espoir aux gens. Ce que les plus grands dictateurs arrivent à casser chez leur peuple c’est la notion de l’espoir. Les jeunes on leur dit : « On peut y arriver et on va arriver ». A un moment, on nous a dit : « Vous critiquez le système mais qu’est-ce que vous vous proposez en retour ? ». On a répondu : « On a créé une société (le studio Sankara). On a créé des emplois ». On prouve ainsi aux gouvernants qu’on a des solutions. Mais nous, on n’est pas en charge de la cité, c’est le politique qui a décidé de se faire élire qui doit trouver des solutions. Quand on critique, ce n’est pas pour rien. On dit ne mettez pas vos familles aux affaires, c’est pour éviter d’arriver aux extrêmes comme le cas de Karim Wade et son père. Quand on dit gérez bien, c’est pour qu’on ne joue pas avec l’argent du contribuable. C’est notre rôle d’être dans l’activisme, d’être dans l’alerte, c’est notre devoir. On ne le fait pas pour une promotion, on le fait car on a un contrat de confiance avec ce peuple.

Afrik.com : Mais les politiques ne sont pas les seuls responsables des problèmes de la société. Les citoyens aussi n’ont-ils pas un rôle à jouer pour que les choses changent ?

Duggy Tee :
Bien sûr qu’ils ont un rôle à jouer. La force, c’est le peuple qui la détient. C’est le peuple qui doit prendre en main son destin et se battre. Les politiciens sont payés pour faire des résultats, ils ne sont au dessus de personne ! Nous les payons ! Donc, ils sont au service du peuple. Il ne faut pas toujours rejeter la faute sur les politiques. Il y a un manque de civisme grandissant dans ce pays. On vit au jour le jour, on fait pas de plan pour l’avenir, on ne s’investit pas humainement, économiquement pour la société. Il y a un groupe de personnes qui profitent des faveurs du système depuis 60 ans. Mais personne n’est au dessus de l’autre. Tout le monde doit être au même pied d’égalité. Si on aime ce pays, qu’on arrête de parler et qu’on commence à travailler.