Le « djembé », ce tambour trait d’union entre les Africains

Le djembé est un instrument musical de percussion créé par des sculpteurs de l’empire mandingue, en Afrique de l’Ouest, vers le 13e siècle. En forme de calice sur lequel est monté une peau d’animal, soit celle de la vache, de la chèvre ou de l’antilope, cet instrument, que l’on joue à l’aide des mains, produit un timbre suave reflétant la diversité culturelle d’Afrique.

Très populaire en Afrique de l’Ouest notamment en Guinée, Mali, Bénin, Côte d’Ivoire et au Burkina Faso, le djembé a conquis toute l’Afrique. Des artistes soucieux de la préservation de leur culture font usage de cet instrument musical dans leurs chansons.

Plusieurs sources renseignent que l’ancien Président de la Guinée Sékou Touré a contribué à la popularisation du djembé à travers l’organisation du ballet national de la République, vers les années 1950. En effet, cet évènement culturel consistait à la création de spectacles centrés sur le djembé. Les jeunes égayaient le public par leurs diverses manières de jouer cet instrument.

Des artistes comme feu Papa Wemba et Koffi Olomide l’ont utilisé dans l’introduction de leur chanson « mi amor », vers les années 90. Le groupe Kassav, l’Américain Jason Mraz, l’artiste française Christina Gosh, le Congolais Innoss B, Mamady Keïta, entre autres, figurent parmi ceux qui ont déjà utilisé cet instrument musical.

Aujourd’hui, le djembé a été perfectionné au point qu’il est souvent associé à d’autres instruments modernes pour produire un spectre sonore plus large.

Le Guinéen Mamady Keïta, l’un des plus grands djembéfolas du monde, avait donné une interview à Afrik, à retrouver ici : Mamady Keïta, star mondiale du djembé