Augmentation du prix des carburants en Egypte : le secteur du tourisme crie haro

Le secteur du tourisme en Egypte, qui subit une crise sans précédent depuis la chute de Moubarak, en 2011, a exprimé sa vive inquiétude suite à l’augmentation des prix des carburants.

Les dernières décisions du gouvernement égyptien suscitent la colère des professionnels du tourisme, notamment celle concernant l’augmentation du prix des carburants, en particulier le gasoil dont le prix a fait un bond de 63%.

Cette hausse représente « un coup dur pour le secteur du tourisme qui souffre depuis trois ans avec la chute du nombre de touristes en Egypte », a expliqué à Al-Ahram Hebdo Atef Abdel-Latif, membre de l’Association des investisseurs dans le tourisme à Marsa Alam (sud). D’après lui, 70% des établissements touristiques fonctionnent au gasoil. « Cette augmentation des carburants a été accompagnée d’une autre hausse : celle de l’électricité et du gaz naturel. Ce qui a augmenté les frais de fonctionnement des hôtels. En outre, la temporalité de cette hausse n’est pas adéquate. Les professionnels du tourisme ont demandé plusieurs fois à être prévenus d’avance avant toute hausse des prix, puisqu’elles ont un impact direct sur les prix des voyages en Egypte », poursuit Abdel-Latif.

Développer les énergies renouvelables

Cette décision du gouvernement pourrait mener les donneurs d’ordre du secteur à prononcer des licenciements, affirme Atef Abdel-Latif, une action qui parallèlement pourrait affecter le service assuré aux touristes. La seule solution est, dit-il, de remplacer les énergies conventionnelles par des énergies renouvelables, comme le solaire ou l’éolien.

De telles initiatives nécessitent d’importants investissements, et l’heure est surtout à la recherche de moyens pour redresser le secteur du tourisme qui souffre d’un déficit budgétaire. Et étant donné que les banques refusent de financer de tels projets, ce serait au gouvernement de subventionner le passage à l’énergie renouvelable pour les hôtels.

Augmentation du prix des voyages en Egypte

Adel Abdel-Razek, de l’Union des Chambres du tourisme, assure au contraire que la hausse des prix des carburants est un pas vers la réforme économique tant attendue en Egypte. Mais il reconnaît que le secteur du tourisme, « en pleine crise », aurait dû être épargné de cette hausse pendant une période limitée,« puisque cette hausse des prix de l’énergie implique une hausse des prix des voyages en Egypte allant de 40 à 50%. Ce qui n’est pas logique avec la récession dont souffre le tourisme actuellement », explique-t-il.

Le ministère du Tourisme a demandé, lors d’un Conseil des ministres, l’adoption de certaines mesures en vue de subventionner ce secteur. Le gouvernement a donné son feu vert pour la mise en place d’un fonds spécial pour soutenir l’énergie fournie au secteur du tourisme, avec un capital de 6 milliards de livres égyptiennes sur trois ans. « On a eu cette année 2 milliards de L.E. On financera la différence entre l’ancien et le nouveau prix de l’énergie pendant une période limitée jusqu’à ce que les choses reviennent à l’ordre. Là, les hôtels et agences pourront compenser leurs pertes et faire en plus des bénéfices », estime Hicham Zaazoue, ministre du Tourisme.

Le tourisme en Egypte a chuté de 30% pendant le premier trimestre de l’année en cours, par rapport à la même période en 2013. Les revenus liés au tourisme ont également chuté de 43% pour atteindre 1,3 milliard de dollars.