Augmentation de la violence au Zimbabwe a un an des élections


Lecture 3 min.
arton59440

Des actes de violences se multiplient au Zimbabwe alors que la nation organise des élections l’année prochaine, qui pourrait voir une opposition unie chercher à mettre fin au règne de près de quatre décennies du président Robert Mugabe.

Des attaques contre 745 personnes ont été enregistrées le mois dernier au Zimbabwe contre 435 en juillet. Le parti au pouvoir, les militaires, la police et les services de renseignement seraient responsables de 94 pour cent des agressions, selon une association de protection des droits de l’homme basée dans la capitale, Harare, et qui compte 420 observateurs dans les 10 provinces annonce Bloomberg.

« La nature des violations des droits de l’homme, principalement la violence à motivation politique, rend une lecture troublante« , a déclaré Jestina Mukoko, responsable, dans une interview. Les attaques indiquent « une culture fascinante d’intolérance politique qui peut engendrer des problèmes pour les élections de 2018 », a-t-elle déclaré.

La violence politique s’est intensifiée au Zimbabwe depuis que le Mouvement de l’opposition pour le changement démocratique, ou MDC, est sorti du mouvement syndical en 2000 pour remettre en cause le pouvoir de l’Union nationale africaine et du Front patriotique au Zimbabwe. L’opposition et les pays de l’Union européenne disent que Mugabe a conservé ses fonctions en faisant appel à ses opposants, en utilisant les ressources de l’État pour faire campagne et violer les procédures électorales.

Canons à eau

Le vote de l’année prochaine est probablement l’un des plus controversés du Zimbabwe, avec le parti au pouvoir qui sera confronté au défi d’une alliance d’opposition à sept partis qui capitalise sur la discorde publique sur les pénuries de liquidités, l’effondrement de l’infrastructure et l’effondrement des services gouvernementaux. Bien que le parti au pouvoir ait toujours l’objectif d’être représenté par Robert Mugabe, son grand age, 93 ans, suscite l’inquiétude parmi ses partisans qui craigne logiquement qu’il ne puisse pas être en mesure de tenir un nouveau mandat de cinq ans. En vertu de la constitution, l’élection doit avoir lieu d’ici le 21 août 2018.

L’alliance de l’opposition comprend des organisations dirigées par l’ancien ministre des Finances, Tendai Biti, l’ancien vice-président, Joice Mujuru et l’ex-Premier ministre Morgan Tsvangirai.

L’animosité croissante entre l’opposition et les autorités a atteint son paroxysme à Harare le 12 juillet dernier, lorsque la police a utilisé des canons à eau et des gaz lacrymogènes et des matraques pour disperser les membres du MDC qui protestaient contre les réformes électorales, dont une demande d’augmentation du nombre de centres d’inscription des électeurs dans les forteresses urbaines du parti.

Les membres du MDC qui ont été victimes de violence au cours des derniers mois comprennent son vice-président, Elias Mudzuri, dont le bar dans la banlieue de Southerton de Harare a été incendié, et Byron Zuze, qui a été agressé en portant un T-shirt MDC dans la région Mbare de la capitale.

Né le 21 février 1924 dans la Rhodésie du sud, une colonie britannique, Robert Mugabe était instituteur quand il a rejoint les rangs de la rébellion contre la minorité blanche au pouvoir. Il est devenu Premier ministre à l’indépendance du Zimbabwe, en 1980, avant d’être élu à la Présidence en 1987.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter