Au revoir la gastro, bonjour la grippe !

La grippe a franchi le seuil épidémique pour la deuxième semaine consécutive, l’information vient de l’Institut de veille sanitaire.

Arès l’épidémie de gastro-entérite qui a fait des ravages, avec notamment des morts, la grippe a franchi le seuil épidémique pour la deuxième semaine consécutive, l’information vient de l’Institut de veille sanitaire.

Le réseau Sentinelles note une baisse des syndromes grippaux les plus forts en revanche le réseau Grog indique une situation qualifiée d’épidémique en Lorraine où la situation est ainsi contrastée.

Le réseau Sentinelles de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), chargé de collecter des données épidémiologiques d’un réseau de médecins généralistes, observe dans son dernier bulletin diffusé mercredi une activité qualifiée de « d’épidémique » des « syndromes grippaux » de?finis par une fie?vre supe?rieure a? 39°C, d’apparition brutale, accompagne?e de myalgies et de signes respiratoires.

Avec un taux d’incidence des cas de syndromes grippaux vus en consultation de médecine générale estimé à 243 cas pour 100 000 habitants, le seuil épidémique de 167 cas pour 100 000 habitants a été dépassé. «Cette deuxie?me semaine conse?cutive de de?passement du seuil vient confirmer l’arrive?e de l’e?pide?mie de grippe en France me?tropolitaine », indique l’INSERM. En deux semaines 274 000 malades auraient ainsi consulté un médecin.

Le réseau GROG (Groupes Régionaux d’Observation de la Grippe) possède une définition clinique de la grippe différente du réseau Sentinelles prenant en compte les grippes plus légères. Les ratios sont réalisés par des prélèvements rhinopharyngés envoyés à des laboratoires pour être analysés et ce sont ces prélèvements qui donnent une confirmation virologique de la grippe.

Selon les données communiquées mercredi par le réseau GROG pour la semaine 6 (du lundi 3 au dimanche 9 février 2014), la grippe est épidémique depuis trois semaines au niveau national, après les inquiétudes causées par la gastro-entérite qui sévit toujours tout de même.